Conseils séduction

L’obsession amoureuse : comprendre ses mécanismes pour mieux l’éviter

L'obsession amoureuse : quand vous êtes DINGUE amoureux de quelqu'un, que ça vous ronge, que ça vous paralyse. Pourquoi il faut éviter ça, comment éviter ça... et comment en sortir si vous y êtes ?

Pas mal de gens sont (ou ont été) concernés par ce qu’on appelle l’.

C’est un truc assez fréquent chez les adolescents ou les jeunes adultes un peu timides : c’est le fait de tomber amoureux de quelqu’un, mais sans oser rien faire.

Et à cause de cette timidité, on reste inactif, et petit à petit, on idéalise de plus en plus celui ou celle dont on est amoureux, et on est de plus en plus rongé par la frustration…

A l’arrivée, ça peut donner des choses plutôt moches.

Voici un article pour faire le point sur l’obsession amoureuse, pour mieux comprendre ce phénomène, et des pistes sur comment l’éviter.

Recette pour un bonne obsession amoureuse

Prenons Greg.

Greg est un mec tout à fait normal. Un peu moins de 20 ans. Pas spécialement beau ni spécialement moche. Plutôt intelligent, plutôt bien éduqué. Mais pas trop d’expériences avec les filles, et, plutôt introverti et cérébral, il a du mal à s’affirmer.

Du coup, il a plutôt tendance à rester seul dans son coin, qu’à aller facilement vers les autres.

Un jour, il croise une fille qu’il n’avait jamais vu, ou qu’il connait à peine, et là, c’est le choc.

Elle est parfaite. Elle est belle. Elle est douce. Elle est drôle. Elle est intelligente. Elle est fragile.

Il a l’impression de voir un ange

Et surtout, pour lui, c’est clair : c’est la fille qu’il attendait depuis tout ce temps. Elle est faite pour lui.

Elle est celle qui l’aidera à devenir celui qu’il rêve d’être.

Il sera son homme. Elle sera sa femme. Ensemble, ils n’auront plus rien à faire du monde extérieur, ils se complèteront parfaitement l’un l’autre.

Greg n’a pas encore dit plus de trois phrases à cette fille qu’il est déjà en train d’extrapoler, de fantasmer et de se faire ses films.

Le problème… c’est qu’il va continuer.

Le coup de foudre a été si intense que cette impression ne le quitte pas : elle est parfaite. Elle est faite pour lui. L’univers tout entier veut qu’elle et lui soient ensembles, c’est une évidence.

Le destin de Greg passe forcément par cette fille. Sans elle, sa vie n’a pas de sens.

Il ne peut plus s’empêcher de penser à elle

Et plus il pense à elle, plus il l’idéalise.

Parce qu’après tout, il ne la connaît pas : en général, il n’a pas passé plus de quelques minutes, voire quelques heures avec elles. Ils ne sont même pas ce qu’on pourrait appeler des potes. A peine des connaissances.

Et pourtant, Greg est déjà persuadé de tout savoir d’elle.

Il pense sans arrêt à tout ce qui fait qu’elle est unique. Sa douceur. La façon dont elle se mordille un peu la lèvre, ou ses fossettes quand elle sourit. Sa force de caractère.

Sa fragilité, aussi. Et il lui tarde de pouvoir la protéger contre le monde extérieur.

Il veut la tenir dans ses bras sous la pluie, pour la vie entière.

Dans ses rêves les plus audacieux, il se voit la sauver des méchants, il la protège de tous les connards et de tous les dangers de la terre. Et à chaque fois, elle se donne à lui très doucement. Sous la pluie ou sur une plage, ça dépend.

En tout cas, c’est au ralenti, parce que c’est plus romantique au ralenti.

Il se complait dans le désespoir, parce que c’est quand même vachement romantique de souffrir

Greg écrit de long poèmes.

Recouvre des dizaines de feuilles avec le nom de cette fille.

A envie de se faire tatouer son nom. Ou de se scarifier. Ou de se scarifier son nom.

Il lui vient des idées stupides du genre :

  • « Et si j’avais un accident ? Peut être qu’elle se ferait du souci pour moi ? Je pourrais peut être essayer de me péter une jambe ? Ou foncer dans un platane avec ma voiture ? »
  • Ou encore « Et si j’arrêtais mes études, ou que je changeais de ville, peut être que je lui manquerais ? »
  • Ou encore « Et si je me mettais à me droguer, à boire et à traîner, peut être qu’elle trouverait ça romantique ? »

Bref : il se fait ses films

Le problème, c’est qu’à part se faire ses films, l’ami Greg ne fait pas grand chose d’autre.

Il vit dans sa tête. Et très vite, il va se retrouver confronté à la réalité des choses : à part dans sa tête (et éventuellement, dans son pantalon), il ne se passe rien.

La fille, l’objet de son obsession amoureuse, elle n’est au courant de rien. Elle vit sa vie. Elle continue de fréquenter ses amis, d’élargir ses cercles sociaux.

Qui sait : elle fait peut être même des rencontres. Horreur.

Elle s’éloigne de Greg. Elle pourrait même lui échapper. Lui être volée par un autre.

Cette pensée le rend fou.

Il trouve ça injuste

Dans ses films, Greg est celui que le destin a prévu pour cette fille. Il trouve parfaitement injuste et illogique que le destin ne fasse rien pour la pousser vers lui.

Et il trouve insupportable que d’autres mecs passent dans l’existence de cette fille – de près ou de loin – alors que lui est là, à attendre en silence.

Chaque fois qu’elle regarde, sourit ou parle à un autre, c’est comme un coup de poignard pour Greg. Il se sent un peu plus trahi et diminué à chaque fois.

Ces mecs ne sont que des interférences, des leurres, des abrutis. Alors que lui est FAIT pour elle. Pourquoi ne voit-elle pas qu’elle est son âme soeur ?

Y’a un bug dans la matrice ou quoi ?

Sous le poids de la frustration, Greg commence à devenir de plus en plus aigri

Ils font chier ces mecs. Encore des saloperies de dragueurs qui passent leur temps à parler avec les filles et à les faire rire.

Tout ça pour les piquer aux braves types comme lui. Salopards.

Putain c’est pas vrai, ça. Pourquoi les filles préfèrent les connards ?

Balloté entre montées de frustration, envie de tout lui déballer et fantasmes de plus en plus délirants, Greg est en train de perdre le contrôle… et le sens des réalités.

Il en vient à se considérer comme le seul mec véritablement valable. Il en vient à considérer que les autres mecs sont des beaufs et des dragueurs de merde, des manipulateurs qui ne pensent qu’à baiser. Et que les filles sont soit des victimes, soit des connes.

Et puis un jour, il craque.

Quand une personne rongée par l’obsession amoureuse craque, ça peut être moche. Très très moche.

Certains décident de prendre leur courage à deux mains et de dire à la fille tout ce qu’ils ont sur le cœur. Sauf que bien souvent, ils font ça n’importe comment, et sans se préoccuper de l’état d’esprit de la fille; et tout ce qu’ils parviennent à faire, c’est faire fuir la fille.

Prenons quelques exemples tirés du forum :

Une meuf à qui j’arrivais pas a parler, un jour je lui tel, je lui dit de descendre de chez elle parce que j’ai quelque chose a lui montrer… J’avais un gros bouquet a 60€ dans les mains, je lui dis bonjour et « je voulais juste te dire que je t’aime ». Elle m’emmène sur un banc, on discute 20 minutes, je tente rien, et je suis bien trop distant, on se dit au revoir, elle commence a rentre chez elle, je lui cours après et je lui sort un truc du genre « tu veux pas sortir avec moi ? » avec un ton bien supplicatif et j’ai le droit a un « je te connais pas assez ». Fin de l’histoire en gros

Petite déclaration très vaillante… à une meuf de mon lycée qui avait bien 5ans de plus que moi, je l’observai depuis plusieurs mois puis j’ai fini par prendre mon courage à deux mains et me prendre un râteau dans les dents! Du grand art.

Je l’ai amenée chez moi où j’avais écris son nom en bonbons, on s’est maté un film. En sortant je lui avait fait le grand jeu: j’avais fait tout un système avec de l’essence et des feux d’artifices pour écrire son nom en lettres de flammes (avec les fontaines de lumière autour et tout). Bref, ça l’a impressionné. En deuxième partie de soirée elle avait prévu un truc avec d’autres copains, et m’a demandé de venir avec elle. C’était un peu naze et je l’ai pas trop vu. Enfin je la ramène, et au moment de la quitter elle me fait un « baiser d’adieu », en disant qu’on n’avait jamais fait ça pour elle. Bref, j’étais fier de mon coup, tout ça pour apprendre quelques jours plus tard (par elle quand même) qu’elle s’était déjà trouvé un autre mec, puis quelques mois plus tard (on avait gardé bon contact), que cette soirée lui avait fait peur…

Comment lui dire que je l’aime : comment faire une déclaration d’amour

D’autres basculent du côté obscur de la frustration, et se laissent submerger par la haine et le désespoir. Ils deviennent misogynes, rageux, jaloux et de plus en plus radicaux dans leur vision des relations hommes / femmes.

Dans certains cas les plus extrêmes, ça peut se finir à coup de fusil ou par un suicide. Il suffit de lire la presse pour constater à quel point c’est fréquent.

Et enfin, il y a ceux qui baissent les bras. Ils se disent qu’ils sont minables, qu’ils n’ont droit à rien, que le jeu est truqué, et qu’ils ne peuvent se permettre qu’une seule chose : rester seuls, ou se contenter de la première qui voudra bien d’eux. Et tant pis pour leur bien être et leurs ambitions. Ils démissionnent de leur propre vie.

Dans tous les cas, il est très rare qu’un mec rongé par l’obsession amoureuse parvienne à bien gérer la situation.

Bien gérer sa vie amoureuse, ça demande de savoir garder un minimum la tête froide et de pouvoir réfléchir sans partir dans tous les sens.

Tant qu’on a pas la tête froide, et qu’on laisse nos fantasmes et notre frustration avoir de l’emprise sur notre raison et nos émotions, on ne peut arriver à rien de bon.

Comment reconnaître les signes de l’obsession amoureuse ?

Vous êtes probablement en train de nourrir une obsession amoureuse si vous présentez les « symptômes » suivants :

  • Tendance à penser toute la journée à quelqu’un
  • Tendance à idéaliser cette personne, à lui trouver des qualités (alors que vous ne la connaissez pas si bien que ça)

Et dans les cas d’obsessions amoureuses les plus « graves » :

  • Tendance à être hyper sensible, hyper émotif et jaloux quand vous voyez cette personne avec d’autres gens
  • Vous hésitez en permanence entre tout lui avouer, et ne rien faire, de peur de vous planter. Vous échafaudez des scénarios tous plus dingues et romantiques les uns que les autres
  • Vous avez des idées noires, des pensées suicidaires, ou dans lesquelles vous vous faites du mal pour attirer son attention, pour vous punir ou évacuer le chagrin (si c’est le cas, réagissez ! ne subissez pas en silence, parlez-en à un médecin, un psy pourra vous aider à sortir du noir)

Si vous vous retrouvez dans ces descriptions, vous êtes sans doute en proie une obsession amoureuse plus ou moins grave.

Si c’est le cas, lisez notre article Comment sortir de l’obsession amoureuse.

Et si vous sentez que vous êtes sur le point de faire une connerie, ou que vous perdez pied, ne vous laissez pas bouffer par votre orgueil ou votre égo, et demandez de l’aide à un médecin ou à un psy : ils savent comment vous aider à sortir la tête hors de l’eau.

Mais bon. Le mieux, c’est encore d’éviter de ce retrouver pris dans la spirale infernale de l’obsession.

Pour des conseils à ce sujet, lisez notre article : Comment éviter l’obsession amoureuse.Allez courage !

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.

  • ange

    Bonjour,

    Pas mal l’analyse… En ce qui me concerne j’ai vécu cette situation et ça à duré 1 an 1/2. J’ai essayé d »agir » et ça a porté somme toute ses fruits (je suis sorti avec) et puis je suis resté dans l’attente qu’elle prenne une décision. Bilan, elle sortait (flirtait plutôt) avec d’autres mecs ce qui me faisait très mal… Ce que je ne comprenais pas, c’est qu’elle me rappelle systématiquement (peut-être quelqu’un pourra un jour me dire pourquoi !). J’ai donc décidé de couper les ponts (il n’y avait pas vraiment d’autres solutions) et depuis, plus rien mis à part un coup de fil en 9 mois et encore d’après elle ça n’est pas moi qu’elle voulait appeler… Je m’en remet à peine au bout d’un an.

  • INOU

    bonjour a vous tous en ce moment je traverse un periode tres difficile sa fait 6 mois que mon ex ma quité mais moi je l,aimé et l,aime fortement je n,arrive pas a oublier je pense tout le temp a elle et pourtant j,essaye de passer a autre chose mais impossible que pouvait vou me conseiller

  • lou61

    boujour tout le monde je vous écrire ma situation est pénible car depuis 8 ans je pense toujours a la même fille amitié ou amoureux tout ce ci est confu dans ma tête, je ne l’ai plus revenu depuis 4ans mais j’arrive a communiqué par mail (trés rarement) cette situation s’est déclencher suite a un déces dans ma famille la seule personne qui me faisait rire et qui me redonner gout a la vie c’etait cette fille (on rigolé bien). mé quand je lui est dit que je l’aimé, coup de theatre ne était pas réciproque, mé elle a compatique a ma trsitesse et ne ma pas abandonné, elle était pas fâchée, plus le temps passe plus ca l’énerve de me voir souffrir. j’ai des penses suicidaire car je c’est pas ou est la sortir de secour

  • chipo

    bonjour les amis; ma situation est difficile car elle dure depuis 6ans,je pense toujours à elle;chaque jour je suis elle à l’écouté me parlé de pétit ami et à me faire lire ses SMS.parfois je la caresse sans pouvoir la déclaré mon amour par peur qu’elle me rejette.

  • le lyonnais

    Bordel les 4 mecs qui se plaignent au dessus de mon post vous avez lu l’article au moins ? Arrêter d’idéaliser votre femme , cessez de vous créer de bons sentiments et etc … il y a pas plus tard de 1 mois je serais venu pleurer avec vous , pleurer sur mon sort à cause d’une femme sur laquelle j’ai fait une fixette amoureuse ! en gros j’étais l’afc décrit dans l’article et puis j’ai découvert fts et ce site m’a ouvert les yeux c’est un truc de fou ! merci =)

  • Léopold

    Bonjour, je suis en plein dedans en ce moment.
    Je me suis trouvé un remède pour apaiser mon esprit.
    Je jette des dés à jouer et je les laissent décider pour moi de ce que je dois faire.
    Si je meurs d’envie de l’appeler et que mon tirage n’est pas favorable je ne le fais pas.

    Surtout je me concentre sur la question avant de jeter et je laisse le sors décider à ma place.
    Ainsi, la journée ce passe avec un problème résolu (jusqu’au lendemain :-)
    Vous trouverez cela peut-être ridicule , en attendant j’évite de me déclencher un ulcère voir une grosse dépression.
    Merci pour cet article , agir quand l’émotion est trop forte ne nous fais faire que des erreurs irréparable.

  • Mike24

    Bonjour,
    C’est pas pour me plaindre mais je suis en plein dedans actuellement; franchement çà fait mal!:(
    En plus c’est une collègue de travail et çà faisait un peu plus d’un an que l’on « jouait ». Je précise que c’est elle qui a fait le premier pas, je n’ai pas réagi sur le coup(AFC?) mais plus tard je lui ai proposé d’aller prendre un p’tit dej ce qu’elle acceptée avec enthousiasme avant même que je finisse ma phrase, mais je n’y suis pas allé, j’ai chargé un autre collègue de lui donner mon numéro car je finissait tard, qu’elle a pris sans jamais appeler.Plus tard pendant mes vacances je l’ai contactée sur son Facebook, j’ai pas été déçu, quelle claque dans la gueule!!:ù
    Mais quand je suis revenu de vacances elle s’est tout de suite dirigée vers moi en souriant, moi j’avais le masque, incapable de desserrer les dents alors qu’intérieurement j’étais trop heureux de la revoir. Voyant ma tronche je suppose, elle a changée de direction et m’a ignoré tout le reste de la journée.:~{
    En fait je l’avais remarquée un peu avant qu’elle me fasse sa déclaration mais sans bloquer plus que çà, blonde belle allure mais sans plus pensais-je;[ Mais après çà, impossible qu’elle quitte mes pensées. Matin, midi, soir, du réveil au couché c’est elle je me suis rendu compte que des fois je lui parlais comme si elle été à coté de moi alors que j’étais tout seul parfois même dans la rue ou dans les transports:O Tout çà pour vous dire que j’ai fait l’erreur à ne jamais faire ( alors que je le savais, merci FTS;}), à savoir:Offrir un cadeau à une fille que l’on convoite sans l’avoir embrassée auparavant ou juste après le lui avoir donné. Elle l’a acceptée sur le coup et semblait plutôt ravie, mais me l’a rendu deux jours plus tard après l’avoir ouvert quand même, petite curieuse!(Shit, j’y étais presque:¤)L’oubli ou la peur d’un baiser a tout foiré oui je dis bien tout foiré car en rendant le cadeau elle m’ a demander d’arrêter, je suis parti la queue entre les jambes et sans un mot sous le regard lourd de ses copines et des autres collègues…
    C’est tout frais donc je pense encore à elle, et c’est vrai que les idées suicidaires commence à germer( ne vous inquiétez pas j’ai pas de flingue et ma boite à pharmacie est vide):µ, sans compter l’envie de la contacter pour demander des explications « plus claires » comme si t’as pas compris gros naze c’est F.I.N.I:ç Car en plus tu crois qu’elle va se raviser ,te pardonner,de t’envoyer un message, essayer de te recontacter.:p Puis tu penses à appeler d’anciennes copines ou sortir t’en faire de nouvelles mais elle est toujours là cette sacrée obsession amoureuse… Et la prochaine fois que je la vois au boulot, « bonjour ou pas? »
    Moi je n’ai pas de remède pour l’instant alors souhaitez moi la bienvenue sur le site.

  • Etienne

    Bonjour ! Merci de votre analyse très bien faite avec beaucoup de réalisme et de pragmatisme. J’ai vécu une période horrible entre le 19 janvier 2009 et le 1er février 2011, quasiment 2 ans. Je suis tombé amoureux, je me suis déclaré mais comme on avait une grosse différence d’âge, ce fut la fuite. J’ai poursuivi et j’ai écrit des lettres enflammées. Puis petit à petit j’ai cherché à amadouer mon amour qui a accepté petit à petit qu’on se fréquente pour m’entendre dire que ce n’était pas réciproque ce dont je me doutais depuis le début. Puis j’ai cherché quand même à l’approcher de plus près avant de me prendre un rateau. Mais comme je ne pouvais pas me passer de la relation même sans sexe, j’ai poursuivi encore pendant 6 mois atroces. Finalement, le jour où j’ai décidé de couper totalement les ponts, je me suis senti plus libre et débarrassé d’un sentiment ne reposant sur rien d’autre que mes fantasmes. J’écris ce message pour dire aux personnes qui se trouvent dans cette situation où l’on se sent pris au piège que le piège c’est soi-même. Si c’est non, c’est pas la peine de se cramponner pendant 2 ans. Je recommence enfin à vivre maintenant. Faut dire que ce syndrome m’a tellement déformé et abaissé que j’ai failli me flinguer à plusieurs reprises tellement je me sentais mal de ne pas être aimé. Voilà mon message à faire passer aux victimes de ce syndrome de l’obsession amoureuse. Merci de votre rubrique et merci de votre analyse.

  • FK

    Merci à toi pour ce commentaire, et pour la clarté de ton analyse sur ton parcours, ton témoignage servira à d’autres !

  • Benji

    Bon ok grace a ce site j’ai appris que je suis un AFC et que c’est mal (super –‘)
    Mais qu’est ce que je doit fair pour m’en sortir je ne comprend pas help

  • FK

    Un AFC, c’est avant tout un mec
    1) trop timide / passif avec les femmes qui l’intéressent
    2) et qui a plein de préjugés et d’idées fausses sur l’amour, la séduction, les relations
    3) et qui du coup se fait ses films et s’enferme dans l’obsession amoureuse, son film d’amour à lui
    … alors forcément, quand la réalité le rattrape, et que ça se passe pas comme prévu, il est au fond du trou.

    La meilleure chose à faire pour un AFC qui vient de réaliser qu’il était AFC, c’est de lire le plus possible d’articles sur FTS pour comprendre qu’il se trompe dans sa façon de concevoir les relations, pour petit à petit se remettre les idées en place, et en même temps, de sortir et de rencontrer des gens pour voir comment ça se passe en vrai dans la vraie vie (par opposition aux clichés qu’il a en tête).

  • Aristocrat

    C’est très vrai ce qui est écrit dans cet article. Ça me fais penser à moi avant. J’étais très passif, très timide et du coup je restais dans le fantasme et ça a pu tourner parfois à l’obsession.

    Je rajouterais quelque chose (si vous me le permettez^^). Je trouve qu’une bonne « sortie de secours », pour paraphraser une métaphore que j’ai lu plus haut, c’est la nana d’après.

    Sortir, draguer, démarrer une relation avec une autre nana, c’est assez efficace. Je sais que c’est difficile quand on est bloqué sur une fille de s’intéresser à une autre mais il faut se forcer.

    Et surtout n’oubliez pas, même si ça fait mal, même si c’est dur, la vie continue et en plus elle est courte, alors profitez-en maintenant ;)

  • Hardsteel

    Ce qui est décrit dans cet article, c’est en partie ce qui m’arrive en ce moment… A quelques exceptions. J’ai une confiance en moi correcte, une bonne connaissance des règles du jeu… Seulement j’ai tendance à en faire un peu trop pour une fille. Heureusement, les deux trucs flippant que j’ai fait, soit je ne l’ai pas croisé, soit je me suis empêcher d’aller la voir. Je dois garder la tête froide, ainsi qu’un regard lucide sur le tout. Et là, j’y arriverai.

  • MrRambouc

    Je vis moi aussi dans une situation d’AFC. Avant de lire cet article, je croyais être normal mais pourtant, je viens de conclure que ça fait 3 années que j’ai une obsession amoureuse sur une fille. Quand j’avais 14, je l’ai rencontrée et tout de suite j’ai eu le coup de foudre. J’ai retenu mes pulsions amoureuses pour pas me faire prendre un rateau. Deux mois après la rencontre (je précise que nous ne faisons que nous croiser, je ne lui parle pas) je lui ai envoyé une énorme lettre pour lui dire à quel point je l’aimait et que je souffrais sans elle. En plus, elle était avec un copain à ce moment là. J’ai eu assez honte et j’ai jeté l’éponge. En fait, c’est ce que je me suis fait croire pendant 2 ans et demie. Dans le fond, je me suis toujours aussi bien rappelé de cette charmante fille et j’avais au fond de moi les mêmes objectifs illusoires et déconnectés de la réalité qu’auparavant. Bref, je suis trop faible pour passer par dessus et il y a deux semaines, je lui ai réécrit une lettre, beaucoup plus posée et plus logique, mais cachant la même douleur. Aujourd’hui, on se connait un peu plus mais il y a toujours la même obsession en moi et ça fait deux semaines que je ne fait que penser à cette personne et même à rêver que nous vivons ensemble heureux. Elle m’a gentiment dit qu’elle me répondrait bientôt et aujourd’hui, je me demande si c’est un chemin envisageable. Car en fait, je me pose cette question: Y a-t-il une autre solution que le renoncement total? Est-ce que quelconque relation avec cette fille est envisageable? Bref, ça fait du bien de mettre tout ça noir sur blanc, je suis conscient de l’obstacle à surmonter. Bonne chance à tous les autres AFC.

  • Hardsteel

    Je viens de relire l’article pour éviter de tomber en OI sur une fille que je viens de rencontré cette année… De toutes les caractéristiques décrites de l’AFC, celle du manque d’expérience est la dernière qui semble me rattacher à cette catégorie. Il faut que je reste lucide; heureusement avoir vaincu un manque d’estime qui me poussait à fantasmer l’idée de couple (au pont d’être mal en étant célib) ça devrait être beaucoup plus simple. Il faut également que j’agisse vraiment. La peur ne doit plus être un frein.

  • Androp’

    Salut tout le monde, je parcours FTS depuis 2 semaines déjà et je tiens à féliciter les rédacteurs du site.

    J’ai un gros problème de one-itis bien particulier : Tout d’abord je vais vous raconter l’histoire en détail ATTENTION PAVE ! (histoire entre le signe ====)
    ===================================================
    Il y a un an,

    j’ai eu une prof à la fac qui devait avoir 4 ans de plus que moi. Au début du semestre, je déprimais, puis alors que j’avais réussi à obtenir une meilleur note, elle est venue m’encourager et me dire que ça devais me faire plaisir, parce que j’avais l’air démotivé…

    Ensuite je suis devenu plus sûr de moi et ça nous arrivait en classe de se lancer une ou deux pique pour rire (elle arrivait en retard, je lui faisais remarquer, je me gourais au tableau, elle me loupais pas :) et de parler pendant la pause dehors. (bon elle est très sociable, je me suis pas fais d’illusions).

    Seulement voilà, elle est jolie et super sympa et moi je m’accroche de plus en plus à elle, de plus je me blesse pendant le semestre et suis incapable d’écrire de la bonne main pendant 1 mois : bref encore une fois elle m’aide et me donne des points bonus :D.

    C’est là que le one-itis commence : elle parle beaucoup avec un gars et une fille de la classe pendant la pause, et je m’enferme dans un sentiment de jalousie et de dépression et d’idolâtrie. (elle est trop parfaite, elle devrait avoir son attention sur moi seul ! cf l’article ci-dessus :)

    Chaque fois qu’elle fait plus attention à qq d’autre que moi, je déprime. A tel point que je redeviens le mec à l’air triste du début, et je lui parle de moins en moins et donc cercle vicieux de jalousie et de dépression (quand j’y repense je me sens ridicule!),

    j’essayai de de le cacher et de regagner son attention en ayant en permanence un sourire sur le visage en classe, mais les faits étaient là : je n’osais plus allez lui parler pendant la pause, et je passais plus pour un rigolo qu’un mec avenant.

    A la fin du semestre, je voulais lui faire un cadeau pour la remercier de son aide (sans connotations amoureuse), qui faisait référence à une de ses passions dont elle avait parler en classe (elle est fan de photos, jlui ai offert un kodak jetable lol), et avec ça un petit mot humoristique et bourré de private jokes légères (en mettant « l’amour » de côté me disant que ça ne marcherait jamais) et je me suis dis que je lui balancerait tout de manière subtile la prochaine rencontre, en essayant de l’amener à l’écart, mais j’y croyais plus trop.( pas si AFC que ça hein ! :D)

    Ce qu’il devait arriver arriva : lors de lui donner son cadeau, j’ai bafouillé, j’ai rougis et j’ai eu des gestes saccadés et brusques (je me suis sentis rajeunir de qq années à ce moment là), je n’ai pas eu la force d’esprit de garder mon sang froid et de séparer remerciements drôles et complices avec sentiments passionnés :/

    Et lorsque je l’ai attendue 2 semaines après devant la salle d’exam, son regard m’a pétrifié (je m’y attendait un peu mais quand on réalise ouch), il disait « pourvu qu’il ne tente rien » et elle m’a juste dit un « salut » un peu pincé… je l’ai regardé passer…

    Pour finir, je lui ai envoyé un mail lui disant qu’elle me plaisait et que je comprenais sa réaction de se tenir à distance et que je serai là peu importe la nature de la relation. Elle à répondu en gros par le bon gros râteau gentil « c’est flatteur, tu es adorable, ton cadeau m’a fait plaisir » MAIS « tu es beaucoup plus jeune que moi et je suis ta prof »… bref « je pourrais être ta mère quoi :D » avec 4-5 ans d’écart oui monsieur !

    ===================================================

    Voilà tout ceci s’est déroulé entre septembre 2011 et fin janvier 2012.

    LE PROBLEME C’EST QUE CA ME TAQUINE TOUJOURS BCP !

    Quand je vais à la fac et que je recroise des personnes de cette classe, je pense à elle, quand je vois des brunes de son gabarit/sa taille, je crois la reconnaitre (au secours le psychopathe), il m’est même arrivé de chercher sur plusieurs pages google une photo de son cv (sans succès) enfin bref vous voyez le tableau ?

    Certains me diront « rencontre d’autres filles, oublie là ! ». je vous réponds : déjà essayé ! Je fais des rencontres, mais ça reste plutôt sexuel et bref.

    Si je vous ai exposé les détails, c’est pour que vous pussiez mieux juger avec le contexte.

    Je me suis dis que si les rencontres avec d’autres filles ne me l’enlevait pas de la tête, peut-être pourrais-je faire ce qu’on pourrait appeler mes confessions : lui demander de ses nouvelles et essayer de la revoir pour lui parler des souvenirs.

    Et surtout lui montrer que je suis un autre homme (j’ai pris de la maturité au niveau physique; du look et au niveau psychologique depuis cette mauvaise passe),

    je sens que j’ai besoin en qq sortes d’effacer le mec tremblant et déprimé de sa mémoire (et de la mienne), et que tant que je me dirais qu’elle à cette image de moi (même si elle m’a oublié), je pense que je ne l’oublierai pas, que je ressentirai toujours un besoin de prouver ma valeur à cette femme que j’ai tant aimé.

    En fait je me sens un peu castré : elle c’est la fille plus âgé qui m’a vu comme un gamin peureux que j’étais dans cette mauvaise passe, alors que je voulais montrer un côté viril, confiant, entreprenant (comme un homme).

    Voilà, pardon pour le monstrueux pavé, mais j’en avait besoin et comme ça ça vous laisse un idée précise du contexte.

    QUESTION : que pensez-vous de reprendre contact avec la demoiselle ? (sachant qu’elle est peut-être casée et qu’elle aura des souvenirs de moi plutôt pas glorieux sur la fin) Sachant aussi qu’elle m’a dit que je pouvais la recontacter pour un problème de physique (son côté généreux avec les gens je pense), une petite private joke sur mes problèmes de physique ? ;)

    Est-ce malsain ? Vais-je me frustrer encore plus ? Vais-je comme je le pense me soulager de ce fardeau? Avez-vous eu une sensation similaire après un gros rateau mode AFC-que-vous-n’êtes pas qui viens vous pourrir le moral de temps à autre ?

    MERCI D’AVANCE pour les réponses s’il y en a, (c’est important pour moi et par défaut je vais reprendre contact) parce qu’il faut du temps et du courage pour tout lire :)

  • orpheon

    Bonjour
    Je tiens à préciser qu’on ne choisis pas forcémment la voie de l’obsession amoureuse, je m’explique. J’ai rencontré une fille à 14 ans, amour de jeunesse, on ne s’est jamais lâché. A 21 ans on a emménagé ensemble à la fin de nos études. C’était le parfait amour, tout roulait parfaitement. On s’est marié à 23, acheté un appart à 24 et tenté de fonder une famille à 25. Aujourd’hui à 26, nous divorçons car nous n’avons pas su surmonter cette épreuve. En un mois elle a quitté le domicile et trouvé une épaule sur qui compter. C’est depuis ce moment que je me retrouce complètement dans l’analyse proposé. On passe par toutes les étapes possibles et inimaginable et ce n’est pas près de s’arrêter.
    Quand on a imaginé passer toute sa vie avec la femme qu’on aime, comment faire machine arrière pour ne plus souffrir, telle est la question…..

  • ichwill

    Ahhhh…. Les joies du one-itis !

    Me concernant,je n’ai encore jamais développé de one-itis envers une fille que je ne connaissais pas ou que je ne connaissais que très peu.J’ai eu des coups de
    foudre,surtout quand j’étais très jeune,mais jamais au point de penser à elle nuit et jour et de me prendre continuellement la tête en pensant à elle.

    Je n’ai connu « que» 2 one-itis dans ma vie,l’un qui a duré 1 an et demie,l’autre 2 mois.En prenant beaucoup de recul,j’ai fini par comprendre pourquoi j’étais tombé
    là-dedans.

    Outre les raisons classiques (confiance en moi peu solide,période creuse,tempérament naturellement introverti et cérébral),j’en ai rajouté une autre : Ces one-itis intervenaient,dans les 2 cas,après des périodes où j’étais en position de « dominant » :

    Ces 2 filles,sur qui j’ai développé cette obsession amoureuse,étaient des filles que je connaissais relativement bien et avec qui j’avais déjà eu un minimum de concret
    (au moins un game + kiss close).Ce n’étaient donc pas des inconnues
    ou des filles avec qui je n’avais discuté que 2 fois.

    Dans les deux cas,ces filles m’ont couru après (pour qu’on se revoit rapidement,notamment),j’étais donc le demandé,pas (trop) le demandeur.

    Quand ces filles commençaient à de moins en moins me courir après,je devais inconsciemment paniquer etje cherchais à retrouver « ma domination ».Sauf qu’au
    lieu de rester un minimum détaché et de rester cool,j’ai fait,sans vraiment le savoir,exactement l’inverse.

    Mon premier one-itis a duré 1 an et demie (durant mes 16/17 ans) et j’ai fait les pires conneries possibles et imaginables durant cette époque.Je ne préfère même
    pas vous donner d’exemple,tellement ce que j’ai dit et fait est pathétique.

    Mon second one itis a duré 2 mois (fin 2014) et je m’en suis mieux sorti que le premier.J’ai beau avoir été là-aussi needy et desespéré,j’ai au moins eu le mérite de prendre sur moi et de ne pas lui exprimer mes craintes et angoisses,que ce
    soit en vrai ou en virtuel.En relisant mes conversations aujourd’hui,je m’aperçois que j’étais un peu collant et un peu trop en demande (par rapport à elle),mais pas au point de me disqualifier et de la faire fuir.

    Bien que je ne sois plus aujourd’hui en contact avec elle,je suis quand même fier de moi,dans la mesure où elle n’a jamais su (et ne saura jamais) à quel point j’ai pu me prendre la tête.Elle ne saura jamais que j’étais en one-itis,alors que la première le savait et en profitait volontairement.

    Bref,pour limiter les chances de tomber « malade » :

    Travailler sur soi,prendre du recul,consolider sa confiance et son estime de soi (ne pas hésiter à faire du sport et à faire des choses qu’on aime),pour ainsi se voir comme quelqu’un de valeur.

    Essayer d’avoir un emploi du temps un minimum chargé : Voir ses ami(e)s,rencontrer de nouvelles personnes,multiplier ses activités et
    sorties,travaillerétudier,voyager….

    On ne s’en rend pas toujours compte,mais le fait de traverser des périodes creuses où l’on a tendance à stagner (peu de nouveautés,peu de surprises,la routine qui s’installe) ou le fait d’avoir trop de temps libre pour gamberger
    sont des terrains fertiles à l’apparition du one-itis.

    Éviter,dans la mesure du possible,d’être trop en demande et surtout d’avoir trop d’attentes envers la relation,encore plus quand celle-ci vient de démarrer.

    Respecter et s’adapter au rythme de l’autre,pour éviter d’être trop en décalage.La personne met 2 heures à répondre à chaque fois? On met également 2 heures à
    répondre.La personne ne ressent pas le besoin de nous envoyer 300 sms par jour ? On en fait de même.La personne ne ressent pas le besoin de nous voir tous les jours ? On en fait de même.Etc etc.

    Je rajouterais d’autres choses comme : Éviter d’être accro à son portable,savoir ne pas se rendre toujours disponible,avoir des convictions fortes….

  • Bryce

    C’est marrant je sais que j’ai un OI mais j’ai plus l’impression que ca m’aide, je fais toujours mon sport pour moi, je vis ma vie tout en plaisant et séduisant plein de fille que je pécho et au final j’attend juste le moment ou je la manœuvrerait comme les autres filles quoi… Je la trouve vraiment géniale et tout mais ça me bloque ou me perturbe en rien du tout, je me contente juste d’être super attirant comme d’habitude et voila quoi