Conseils séduction

Coaching séduction & coachs séduction: éviter les pièges

Comment bien choisir son coach séduction

Salut ! Aujourd’hui, je fais un peu de temps dans mon planning impossible, pour aborder un sujet dont il faut nécessairement parler à un moment ou un autre quand on s’intéresse à la communauté de la séduction : les coachs en séduction.

Ils sont présents dans la communauté depuis 2006, les premiers coachs séduction sont donc apparus très tôt… et la communauté se déchire autour d’eux, de leur utilité et de leurs travers.

Je sais que beaucoup de lecteurs de FTS ne savent pas trop sur quel pied danser vis à vis des coachs séduction, je vais donc essayer de débroussailler un peu le sujet pour clarifier le débat.

Entrons directement dans le vif du sujet.

Qu’est-ce qu’un coach en séduction ?

Sur le papier, un *bon* coach en séduction est un homme (ou une femme) qui vous propose un accompagnement personnalisé, afin de vous aider à atteindre vos objectifs, et à surmonter vos difficultés.

Ca, c’est sur le papier.

Dans la réalité, on trouve de tout.

  • Des coachs séduction consciencieux, qui ont à cœur d’aider leurs clients à progresser
  • Et des mecs qui se déclarent coach séduction parce qu’ils ont repéré que c’était un business porteur, et qui essaient de faire du fric par tous les moyens possibles.

Certains sont bons, d’autres ne sont pas aussi experts qu’ils le prétendent. Certains ont vraiment de bons conseils, d’autres ont surtout de bonnes techniques marketing pour faire croire à leur talent.

C’est un peu la jungle. Mais à vrai dire, si on réfléchit 2 min, on réalise que c’est partout pareil.

Je suis nul avec les filles, je voudrais que ça aille mieux, ai-je vraiment besoin d’un coach pour progresser ?

Si un BON coach séduction pourra sans doute vous aider, prendre un coach séduction n’a RIEN d’obligatoire. Ce n’est pas DU TOUT indispensable.

Un mec qui veut progresser dans son relationnel et dans sa vie amoureuse, il a surtout besoin de comprendre deux ou trois trucs, de surmonter ses angoisses et ses idées reçues, et de se lâcher un peu.

S’il a besoin d’aide, il peut poser des questions sur les forums gratuits comme FTS, et avec cette aide et son bon sens, il a largement de quoi améliorer ses relations avec les autres.

A l’inverse, si un jeune homme a les moyens et qu’il souhaite s’adjoindre les services d’un coach, il n’y a rien de mal à a ça. Je lui conseillerai simplement d’être attentif dans son choix, de bien choisir son coach en séduction.

Et surtout, de ne jamais croire qu’un coach séduction peut remplacer un psy, et régler toutes ses difficultés comme par magie.

Un en séduction n’est pas une thérapie.

Dans un certain nombre de cas, ce n’est pas d’un coaching séduction, ni même de réponses sur un forum dont vous avez besoin, mais des conseils d’un professionnel de la thérapie.

Le coach en séduction n’est ni un papa, ni un grand frère, ni un professionnel de la santé ou de la psychologie. C’est quelqu’un qui vous vend quelque chose, donc restez méfiants quant à ses conseils.

Si vous êtes mal psychologiquement, ou vulnérable sur le plan psy, oubliez toute notion de développement personnel, de séduction, et focalisez-vous sur un accompagnement par un thérapeute professionnel, qui vous aidera à retrouver l’équilibre dont vous avez besoin.

Un coach séduction ne réglera pas vos difficultés par magie

Certains coachs prétendent détenir des méthodes miracles pour progresser au delà de toute espérance. Ceux-là, fuyez les comme la peste. Ils sont en train d’essayer de vous balader. Ils veulent vous abrutir à coups de marketing pour mieux vous prendre du fric.

Un bon coach séduction vous accompagnera, vous posera les bonnes questions au bon moment, vous mettra des coups de pied au cul quand il le faudra, et surtout, il saura vous orienter vers un psy s’il se rend compte qu’il ne peut pas vous aider, et que c’est d’un psy dont vous avez besoin.

Un bon coach séduction ne fera rien qui puisse nuire à votre amour propre, et qui vous laisse plus mal que vous ne l’étiez en arrivant.

Mais même s’il est bon, il ne pourra jamais faire les progrès à votre place. Aucun des conseils qu’il pourra vous donner, ne pourra vous être utile si vous n’avez pas envie d’en faire quelque chose.

Comment bien choisir son coach séduction

Si vous avez de l’argent à dépenser, si vous ne savez pas quoi faire samedi après midi, et si vous êtes solide sur le plan psychologique et que vous avez besoin d’être accompagné et motivé par un coach séduction, il n’y a rien de mal à essayer de vous en trouver un.

Pour choisir un coach, posez vous les questions suivantes :

  • Est-ce qu’il est réaliste dans sa façon de se présenter ?
  • Est-ce qu’il explique clairement que ses services peuvent donner des clés de compréhension ou des idées, mais certainement pas régler tous les problèmes, et qu’une thérapie reste préférable en cas de gros problèmes d’identité ou psychologiques ?
  • Est-ce que ses pratiques marketing et commerciales sont saines, réalistes et crédibles, ou sont-elles agressives et font-elles des promesses de résultats incroyables ?
  • Est-ce qu’il est ouvert aux critiques constructives, est-ce qu’il comprend que ça va l’aider à améliorer son service, ou bien adopte-t-il un système dictatorial, ou il va surveiller tout ce qu’on dit sur lui, faire taire les critiques à coups de lettres d’avocats et de censure ?

Un bon coach doit être transparent sur ce qu’il peut vous apporter et sur ce qu’il ne peut pas et ne doit pas vous apporter.

Il doit aussi être ouvert à la critique et accepter les commentaires plus mitigés : l’ère du marketing bullshit est révolue.

Pour conclure sur le coaching séduction

  • Méfiez vous des coachs qui promettent la lune et qui semblent parfaits.
  • Préférez des coachs humains, qui sont transparents sur leurs services
  • Préférez ceux qui acceptent la critique et qui cherchent à améliorer leur offre de produits et services en tenant compte des feedbacks de leurs clients, satisfaits ou non

Si vous n’avez pas les moyens de vous offrir un coaching séduction ou des séances à plusieurs centaines d’euros, ne le faites pas.

Vous n’avez pas besoin de ça pour progresser. Le net regorge d’infos et de conseils en tout genre, dont vous pouvez vous servir pour trouver les réponses à vos questions.

Si vous êtes très mal sur le plan psychologique ou émotionnel, vous êtes plus vulnérable aux solutions miracles ue peut vous vendre un coach: n’allez pas par là. Voyez un professionnel, lui seul peut réellement vous aider.

 

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.

  • -Alex

    Article extrêmement responsable ! Cela montre que l’administrateur de ce site est quelqu’un de très sain moralement, et ne vend pas de miroir aux alouettes.

    Belle preuve de courage lorsqu’on sait à quel point il risque de perdre des lecteurs vulnérables qui préfèreront qu’on leur promette LA solution à leur problème d’estime d’eux mêmes.

  • Bubulle

    C’est à cause de l’eBook de Jon Jon Jon que t’as écris cet article ?

  • FK

    Hello, comme je le dis dans l’article, une clarification de la position de FTS et de la mienne vis à vis des coachs en séduction était nécessaire, elle aurait du être faite il y a bien longtemps, et cela afin d’éviter certains amalgames et procès d’intention.

    Il n’y a pas que des profiteurs dans la communauté: elle a avant tout été bâtie par des gens qui étaient portés par l’envie de construire quelque chose et de partager leurs expériences avec les autres. Les marchands de rêve ne sont qu’une poignée, et ils sont arrivés bien après. Heureusement, il y a aussi, comme je le dis dans l’article, des gens sérieux selon moi – c’est comme partout ailleurs.

  • leo037

    Si ça avait été un post sur le forum, j’aurai mis « +3, ça va mieux en le disant ».
    Pour ma part, j’ai passé pas mal de temps à lire le forum FTS et à lire le contenu gratuit proposé par pas mal de coachs et d’experts en séduction.

    Ce que j’en ai retenu, c’est :
    – Il y a très peu de coachs qui se remettent en question. Si vous avez l’occasion d’en rencontrer un en vrai, posez lui la question : « Qu’est-ce que tu ne peux PAS m’apprendre en séduction ? » (il y a une bonne chance qu’il patauge avant de trouver une réponse)
    – Ils se contredisent entre eux. Par exemple, « doit-on relancer par SMS ? ». La moitié vont te dire « oui, ça entretient la mystère/la frustration » et l’autre moitié « non, tu perds le côté humain, le son de la voix, etc. »
    – Les forums FTS sont bourrés de ce qu’il y a de meilleur sur la séduction. Je n’ai encore pas trouvé de documents qui synthétise tout ça (je suppose que ça serait en plusieurs tomes).
    – Certains coachs détournent votre regard : on ne vous apprends plus à séduire, mais à « avoir le bon look » ou à « bien choisir sa montre ».
    – Il y a des choses qui marchent pour certains et pas pour d’autres. Un coach peut avoir un style qui ne vous ira pas du tout.

    Il faut voir les coachs en séduction comme des coachs sportifs : ils peuvent vous faire gagner du temps et de l’efficacité en vous expliquant comment faire au mieux, mais c’est pas eux qui feront le boulot à votre place, et ils n’arriveront pas à vous faire courir un marathon si vous avez une jambe dans le plâtre…

  • L’initiative est louable mais le parti-pris de l’article me laisse coi.

    « entre manipulation et perversion, naviguer en eaux troubles et éviter les pièges. »

    Assez de mots négatifs tu crois?

    Pour quiconque exerce ce métier avec passion, sincérité et ne compte ni ses heures, ni ses efforts pour des tarifs abordables, cela revient à se faire insulter en place publique.

    Car si l’on reprend ton argumentaire, les coachs sont inutiles, au mieux divertissant mais ne résolvent rien.
    Autant dire que chaque euro dépensé par le coaché l’est nécessairement en pure perte.

    Cela c’est pour le cas favorable. Pour le scénario catastrophe, le coach est un escroc et/ou un gourou. Alors oui, ils existent et je ne suis pas tendre à leur égard non plus.

    C’est d’ailleurs pour cela que j’ai pris mes distances avec certains.

    Je te rejoins sur le fait que le coaching n’offre pas de recette miracle. Un coach offre un reflet à son client et pointe certaines croyances et comportements qui l’empêche d’arriver à son objectif (celui-ci étant clairement défini au début du processus de coaching). Il partage également un savoir-faire que chacun peut s’approprier et adapter à sa sauce. Il passe enfin par la mise en situation et la pratique pour permettre au client de s’autoriser de passer à l’action. De la sorte il pourra pratiquer par lui-même et apprendre rapidement de ses essais même infructueux. (A ce propos, cet e-book qui prône l’obsession amoureuse et prétend que l’échec n’est pas une option me paraît infiniment toxique)

    En d’autres termes, un coach vise l’autonomie de son client et lui rappelle à chaque instant qu’il est l’acteur de son propre changement.

    Enfin, prendre l’initiative de s’adresser à un coach c’est PASSER A L’ACTION.

    Quand on a lu les forums de long en large sans jamais se fixer d’objectifs, ni se tenir à un programme strict, prendre rendez-vous avec un coach et déterminer ensemble les axes de progression est un excellent moyen d’atomiser la procrastination.

    Voir quelqu’un de plus expérimenté en action, faire l’expérience de conversations fluides et fun alors qu’on se cloîtrait dans sa piaule en se cherchant des excuses pour ne pas aller au charbon, tout cela apporte un plus souvent déterminant.

    Alors non, personne n’en a BESOIN mais beaucoup de ceux qui sont passés par un coach étique, attentif et bienveillant se demandent comment ils ont pu laisser passer autant de temps avant de se sortir les doigts du cul.

    Au final, c’est le client lui-même qui se donne les moyens de changer sa vie pour le mieux. Le coach est une des ressources à sa disposition.

  • FK

    Salut Blusher :)

    Le titre exact est « Coaching séduction & coachs séduction: éviter les pièges ».
    Il est volontairement dramatique, ça c’est pour attirer l’attention tu t’en doutes;

    Dans mon article, tu as constaté (et tu le sais) que je suis convaincu de la bonne foi, de la passion et de la compétence de certains d’entre eux. Évidemment, je peux me tromper et avoir été abusé, je suis pas un auditeur pro.

    En d’autres termes, mon article est critique envers les coachs douteux; et clairement j’ai bien plus de sympathie envers quelqu’un pour qui le conseil et la relation sont clé. Mais se pose alors la question de mon objectivité, des critères avec lesquels je juge du sérieux et des réelles intentions du mec, etc.

    Je pense que c’est à vous, les coachs sérieux, de promouvoir les bonnes pratiques et de lutter contre les pratiques de certains, qui sont à la fois dommageables pour votre profession – si c’en est une – et pour les clients.

    C’est aussi pour cela que j’écris cet article, pour appeler à la réflexion et à la discussion, avec les coachs de bonne foi, afin de mieux cadrer ces activités, et à mieux baliser le sentier pour éviter les mauvaises expériences aux clients.

    La communauté, les coachs et les clients ne peuvent que gagner à ce que l’activité de coaching séduction gagne en maturité et en transparence.

  • Très bien.

    Je vois des choses, en particulier chez nos confrères anglo-saxons, qui bousille la crédibilité de toute une profession.

    Alors commençons par cela par exemple: « La garantie satisfait ou remboursé »
    La promesse que vous allez serrer une fille pendant le workshop sinon on vous rembourse.

    Au premier abord, ça a l’air généreux et honnête.

    Dans la pratique, c’est mettre en avant un appât commercial qui foule aux pieds les règles déontologiques les plus élémentaires. Cela implique une inversion des rôles: l’acteur du changement n’est plus le coaché mais le coach.

    Si tu choppes pas c’est de sa faute. Si tu choppes c’est grâce à lui.

    Voilà comment insidieusement, on crée un lien de dépendance.

    En réalité, le coach a une obligation de moyens et c’est déjà énorme.

    Mais sans la motivation et la pleine adhésion du coaché, il ne peut pas faire de miracle.

    Et que faire si cette motivation est défaillante et que le coaché refuse l’échange?

    Là encore, le coach a une obligation déontologique de stopper le coaching, en concertation avec le client, si les conditions de réussite du coaching ne sont plus réunies.

    Enfin, lorsque le coaché fait part lors de l’entretien préliminaire de difficultés personnelles qui amèneraient le coach à se lancer dans des incursion thérapeutiques, il revient au coach, la aussi, de signifier clairement qu’il ne peut pas le prendre en charge.

    Je frémis lorsque j’ai écho de la désinvolture de certains sur des sujets aussi sensibles.

    Bref, sachez poser les bonnes questions. Ces questions peuvent avoir trait à l’expertise de celui-ci en terme de séduction mais PAS SEULEMENT. Soyez curieux au sujet de ses méthodes de coaching et de sa déontologie.

    Si vous êtes intéressé par un coaching qui va vous demander un investissement en temps et en argent, demandez au moins à avoir un entretien GRATUIT avec le coach pour en avoir le coeur net.

  • Crapule

    Tu parles de qui lorsque tu evoques les FR romancés et tape à l’oeil sur le forum ?

  • DeepMe

    Je pense que FK n’a pas précisé de nom lui même pour éviter que les avocats […] ne débarquent ici avec des motifs plus ou moins légitimes de demande de censure. […]

    ** Edit (FK): Effectivement, d’ailleurs pardonne moi mais j’ai édité le message qui en disait déjà trop. Mais on se comprends ;)

  • DeepMe

    Effectivement, j’ai pensé a t’en parler avant de commenter, mais je me suis dit que venant d’un « extérieur » ça passerait surement mieux. Dans tous les cas, pas de souci pour l’edit.

  • X

    Bonjour,

    Je viens de lire l’article, et comme d’hab avec FK, assez impressionnant de bonne foi et d’intelligence. Par contre, je remarquais, FK, que tu devrais peut-être mettre cette partie en gras, histoire d’attirer plus l’attention:

    « En ce sens, j’invite tous les clients de coachs, satisfaits ou non, à poster leurs commentaires à la suite de cet article. Dans les jours qui viennent, on fera une rubrique spécialisée feedbacks sur le forum ou chacun pourra parler librement du coaching séduction, de son expérience en tant que client, ou en tant que coach, l’idée étant de faire murir cette « industrie » vers davantage de bonnes pratiques et de meilleures garanties de sécurité pour les clients ».

    Je veux dire, l’une des parties les plus intéressantes de cet article serait les réponses de coach, à l’image de Blusher.

  • Whez

    J’ai lu le message et les réponses. Je suis content que certaines choses vraie et importantes sois dites cependant je suis sidéré par la forme du message et le parti pris qui s’en dégage !

    J’ai exercé pour ma part en tant que thérapeute dans le passé (je ne suis pas coach et n’ai pas d’ambition à le devenir) et je retrouve dans la forme ici des choses que j’ai souvent vu pour disqualifier cette profession : des têtes de chapitres orientées (sont ils tous des escrocs ? Sont ils tous dangereux…) avec une réponse qui tombe sous le sens « Non, il y en a des honnêtes ». Mais quelle perception se dégage de cela ?

    « Il y a une profession de gens dans les quels une partie sont douteux et potentiellement, de part le sujet qu’ils touchent, dangereux. »
    ou
    « Il y a une profession de gens douteux et potentiellement dangereux dans les quels une partie sont potentiellement honnête. Ceci dit ils sont inutiles, vous pouvez tout faire vous même. »

    Inviter ensuite les personnes à défendre leur profession dans les commentaires et à expliquer leur éthique donne l’illusion que de tempérer le débat mais concrètement rend la tâche vraiment difficile : « j’ai tiré à bout portant, mais vous pouvez montrer que vous êtes honnêtes et innocent». D’autant que le sujet du «danger des coaches en tout genre», certes réel, est suffisamment traité à la manière «sensationaliste» par la presse

    Pour faire constructif, je me permet de reprendre quelques questions têtes de chapitre et d’apporter mon opinion en premier lieu (pour être transparent) et une proposition de formulation (cela me semble la manière la plus simple d’être constructif, j’aimerais que la «critique» comme ci-dessus reste brève) si elle reste proche de l’opinion exprimée par FK dans les commentaires (sinon ce n’est pas de la reformulation, c’est de l’expression de mon opinion). Cela risque de faire un post long, cependant ce sont des sujets sur les quels je me suis fortement impliqué par le passé (la perception des praticiens de la relation d’aide, toute discipline confondue) et sur les quels il me semble encore particulièrement important d’être juste.

    Pour être parfaitement transparent je précise que j’ai rencontré plusieurs coach (jamais en client, pour l’instant en tous cas) dans ce domaine, plusieurs que j’estime sincèrement (dont Blusher qui est un ami et d’autres que j’ai connu dans mon apprentissage et ma pratique de thérapeute qui sont peu aguerri à la séduction mais pour autant efficaces car formé et expérimentés en relation d’aide) et certains (rares, 2 en fait, peut être ai-je eut de la chance ?) que j’ai trouvé limite soit par leur manque de compétence (ils savent «draguer», mais le coaching c’est plus que cela !) ou leur état d’esprit et leur visions des autres humains qui s’approche effectivement d’une véritable personnalité perverse. Sur le net par contre plusieurs m’ont parus franchement peu recommandables (pour rester poli), je n’ai pas d’opinion sur eux « en vrai » car je n’ai pas trouvé utile de perdre mon temps à les rencontrer.

    —————–
    Ai-je besoin d’un coach en séduction ?
    Opinion : Dire «vous pouvez tout faire vous même» est exact… dans l’idée ! Lorsque l’on parle d’une personne en difficulté dans un domaine (et on parle ici en plus de personnes vulnérables) on parle quand même d’une personne pour qui cela sera franchement difficile ! Il y a d’ailleurs un sujet «Peu d’entre vous y arriveront» dans un forum. Oui, quel que soit le domaine, se faire «aider», prendre des cours, rencontrer un professionnel peut sacrément aider. Combien d’heures peut on passer sur des dessin ou des scènes de théatres avant de débloquer sois même un défaut qu’un professeur saura voir et faire corriger rapidement ? Surtout dans un domaine comme celui ci ou l’on touche fortement à des comportements, habitudes et croyances limitantes qui sont par essences des choses vraiment difficile à percevoir par soi même sans aide extérieure avisée.

    Le moteur du changement reste l’individu (coaché ou pas). Il devra faire le pas pour monter la marche. La différence est que dans un cas une personne est là pour lui indiquer ou poser le pied. Quand on a peur de se «casser la figure» (râteau, refus, mauvaise perception de son action…) ou pire, que cela crée de la souffrance, la différence est vraiment importante.

    —————–
    Formulation proposée :
    NON

    Vous pouvez parfaitement vivre, apprendre et être heureux et épanoui, sans aller payer pour écouter un mec vous donner des conseils sur la meilleure façon de séduire – de la même manière que vous n’avez pas BESOIN d’aller à une conférence sur la situation géopolitique en Mongolie (très intéressant au passage, mais je m’écarte du sujet).

    C’est exactement comme pour les guides en vente sur FTS: des lectures intéressantes, plus ou moins utiles et nécessaires en fonction de votre profil, de vos attentes et besoins… mais pas des lectures indispensables qui apporteront des réponses à toutes vos questions existentielles. Juste des livres intéressants à lire si vous souhaitez approfondir / vous documenter davantage.

    Vous pouvez aller voir un coach en séduction si vous SOUHAITEZ progresser dans ce domaine. Si, après une réflexion courte ou longue vous êtes prêt à faire un effort sur vous même en étant assisté d’une personne d’expérience dans le domaine dont le rôle sera de vous aider sur CE sujet et uniquement ce sujet.

    —————–
    Qui sont les coachs en séduction ?
    Opinion : Quel que soit le type d’apprentissage (formation pro, école, savoir faire…) je ne peux assimiler le coaching à une «compilation de savoir» que l’on trouve gratuitement d’un côté (et le savoir faire ?) et qu’une personne, forcément peu scrupuleuse, vendrait cher d’un autre côté. Cela est vrai dans des domaines comme la gestion de projet ou j’ai vu des gens changer considérablement après une formation (alors qu’ils avaient lu 15 bouquins) et la séduction est franchement un domaine plus impliquant.

    De plus les coach sont décrits ici comme des purs business man intéressés (voir des pervers), rien sur l’envie personnelle, l’épanouissement que peux leur procurer ce métier qui aide quand même les gens à améliorer un point potentiellement sensible pour leur vie… Pour tous ceux avec qui j’ai abordé la question «pourquoi ce métier» c’est pourtant le premier point cité !

    Autre note : pas mal de «love coach» autour de moi ne connaissent pas FTS ni même les «méthodes américaines». Ils viennent de différent courant de thérapie et voient la séduction au travers leur discipline et sont là pour aider les gens à remplir un objectif et non pour «fabriquer du mâle alpha» ou donner ces méthodes en compilées et marquetées.

    Même sur les 2 rencontrés que j’ai moins aimé, l’un des deux semblait content d’aider les autres mecs (ET content de gagner de l’argent en le faisant, ce qui n’est pas un mal).

    —————–
    Formulation proposée :
    Les coaches en séduction sont des gens qui à un moment ou un autre, se sont passionné pour la séduction et la grande complexité / subtilité des relations humaines. Ils ont décidé souvent par passion, parfois par pur intérêt «business» d’en faire leur métier.

    Vous pouvez trouver ce savoir en quantité illimitée sur les sites gratuits, FTS ou autre. La valeur ajoutée d’un coach séduction ? C’est selon le coach ! Pour certains hélas elle est proche de zéro (la même information vous est donnée ailleurs), pour d’autre cela peut vous permettre d’apprendre un «savoir faire» plutôt qu’un savoir, de débloquer des situations que l’on ne peut simplement expliquer par mail ou que l’on ne peut voir par sois même. La pratique avec d’autre personnes peut avoir le même bénéfice à condition qu’ils en soient capable sans jugement.

    C’est plus agréable d’aller assister à une conférence de coaching séduction, que se taper des heures et des heures de lecture sur Internet… mais c’est aussi plus cher !

    —————–
    Les coachs en séduction sont-ils dangereux ?
    Je suis complètement d’accord avec ce point. Seul bémol, certaines personnes ne sont pas conscientes qu’elles ont besoin d’un thérapeute et non d’un coach… Mais je ne pense pas que ce soit le bon endroit pour développer ce point. Dans ce cas il est fondamental que le coach soit capable de voir le problème et connaisse la limite de ses compétences !

    —————–
    Un coaching en séduction n’est pas une thérapie.
    Toujours totalement d’accord !
    Un petit bémol : ce n’est pas parce que qqun vous «vends quelque chose» qu’il faut toujours se méfier de ses conseils… Mais on entre dans le ton de l’article et plus dans son contenu, ce n’est peut être pas constructif.

    —————–
    Un coaching séduction, c’est AU MIEUX de la culture générale, JAMAIS une solution, JAMAIS une réponse

    Encore d’accord. D’ailleurs même une personne rodée aux techniques et méthodes thérapeutique n’a pas la réponse à vos questions existentielle !

    —————–
    Du coup, tous les coachs en séduction sont-ils des escrocs ?
    Opinion : Le simple fait de poser cette question ainsi fait très «je commence par l’affirmer avant de dire non, il y a des exceptions». J’ai déjà développé mon opinion sur ce point. Je suis gêné pour la proposition de formulation car mon opinion diverge trop de ce qui est expliqué ici pour proposer une simple reformulation… Cela serait plutôt un changement de message et ça n’est pas une «proposition constructive» que de proposer un message non conforme à la première opinion exprimée.

    Je me permet juste une reformulation du dernier paragraphe pour mieux exprimer la distinction entre coach avec des méthodes perverses et les autres (d’ailleurs il peut être bon d’expliquer ce qu’est une méthode ou une personnalité perverse à l’occasion)

    Formulation :
    Mais je reste convaincu que beaucoup de coachs séduction sont des personnes intègres. Je ne les connais pas tous, mais j’ai constaté que certains avaient des méthodes perverses, quand d’autres avaient des pratiques commerciales plus saines – du moins en apparence.

    —————–
    Les méthodes commerciales et marketing des coachs en séduction
    Opinion : encore ici, ce qui est dit est que TOUS les coachs jouent avec votre égo, vos émotions… C’est accuser l’ensemble de la profession d’avoir un comportement pervers (profondément manipulateur et totalement déshumanisé). Quand aux méthodes commerciales, l’intérêt d’un coach, même passionné, reste de vivre de son métier ! Pour cela il doit faire venir du monde, se faire connaître… Bref vendre ! En France l’amalgame «vente = manipulation» a la dent dure et j’ai l’impression de le retrouver clairement ici (le livre cité est éloquent et n’a rien à voir avec la vente ! Je recommande d’ailleurs chaudement sa lecture).

    Idem ci dessus, je n’ai pas de reformulation qui conserve l’esprit de cet opinion.

    —————–
    En quoi un coach en séduction peut-il être un problème ?
    D’accord. J’ajouterais aussi qu’un coach sincère et bienveillant peut être un problème à partir du moment ou ses compétences se limitent à la «séduction». Le coaching nécessite quelques compétences fondamentales comme une connaissance du positionnement dans l’interaction, l’absence de jugement et la connaissance de ses limites (situation qui doivent être renvoyées vers un professionnel de santé). Des connaissance en «coaching» de toute nature et en «pédagogie» sont aussi un vrai plus.

    Quand au type de coach décrit ici, (ambigu, qui laisse croire…) ce sont clairement d’énorme problèmes potentiels pour certaines personnes (pour d’autre ce sont «simplement» une perte de temps et d’argent, ce qui est déjà en soit un problème !)

    —————–
    Les coach séduction et FTS
    C’est clairement un sujet qui ne m’appartiens pas. Je trouve encore une fois par contre le côté «tous dans le même panier» alors que ce n’est vraiment pas l’impression que j’ai à la lecture des forums.

    Pour la suite, je suis sois d’accord, soit me suis déjà prononcé (soit ne sais pas de qui/quoi on parle quand on mentionne les avocats… Ce qui me va très bien !).

    J’espère que l’intention clairement positive de ce post sera perçue (par écrit on ne sait jamais ce que le lecteur ressent). Compte tenu de sa longueur et du sujet, on peut aussi en discuter ailleurs.

  • FK

    Whez, ta réponse est très longue, et il est concrètement difficile d’y répondre.
    Je précise juste quelque chose qui t’a peut être échappé : j’ai écrit cet article en pensant spécifiquement aux coachs séductions qui gravitent dans la communauté de la séduction – ceux qui en sont issus.
    Les autres, c’est peut être différent, ou pas.

  • JeanLouis

    Quand je lis cet article, je pense à une certaine personne qui tenait un blog de qualité sur la séduction (et le lifestyle), basé sur la bonne foi, le gratuit, des articles longs et de qualité.
    Il a ensuite crée un article disant « j’ai découvert le véritable secret de la séduction », qui renvoyait vers un nouveau site. Et 3 vidéos plus tard, on pouvait s’inscrire à un fameux programme de coaching payant.

    Je suis assez déçu car je le sentais énormément venir, dès que j’ai vu la redirection sur un autre site que le blog lui-même.
    Ce que je reproche, c’est que cela n’a pas été annoncé clairement dès le début, et tout a été mis en œuvre en 2 semaines et 4 vidéos pour donner de l’espoir dans ce « secret enfin découvert » de cette académie.
    Le fameux blogueur a réussit à mettre l’eau à la bouche par l’aspect répétitif, persuasif, et travaillé de ses vidéos.

    Par ailleurs, j’ai pour ma part un sérieux problème avec les personnes qui se déclarent « expertes » dans un domaine, sans aucun complexe, et aucune remise en question, sans vraiment pouvoir le prouver. Il faut donc les croire sur parole.
    J’aurai tendance à répondre que s’il est expert (ce qu’il clame depuis 1 an), pourquoi n’a t-il découvert « le véritable secret de la séduction » que maintenant ? Il est donc expert de niveau 2 maintenant ? Ou alors passe t-on d’un jeune homme blogueur honnête et de bonne foi vers un homme en besoin d’argent qui découvre que le succès de son blog pourrait être l’opportunité de gagner de l’argent.

    Rien de malsain à vouloir gagner de l’argent, nous le voulons tous. Mais je pense que son succès est du en grande partie à l’honnêteté. Promettre monts et merveilles aux futurs clients est malsain, comme le dit si bien FK.

    Tout ça pour dire que cet article devient très pertinent dès lors qu’on a un exemple en tête. Surtout lorsque le processus marketing cité correspond exactement à l’exemple.

    Si vous voyez de qui je parle, tant mieux, mais nous ne sommes pas là pour faire de la diffamation, surtout que je n’ai pas essayé le coaching avec ce blogueur.

    En tout cas, merci pour cet article qui remet les pendules à l’heure, et évitera à certains personnes un peu trop influençables, et qui ne voient pas les mécanismes de markéting évidents, de perdre leurs précieux deniers ;)

  • Whez

    Je n’avais pas saisi cela et d’ailleurs je ne le ressens pas en relisant l’article. C’est peut être simplement que quand j’entend « coach séduction » ou « love coach » je pense systématiquement à plusieurs types de personnes dont certains vraiment en marge de la communauté (et pas franchement séducteurs ! Par contre réellement concernés par le bien être de leur clients).

    Pour la longueur de la réponse, elle a peut être plutôt sa place dans un sujet de forum ? Cela fait plusieurs fois que je souhaite en parler et que je reporte. La j’ai jugé que c’était important (car ta position influence certainement beaucoup de monde) cependant je ne pense pas qu’un commentaire si long soit productif, c’était moins visible dans mon traitement de texte… Il peut être retiré ou raccourci si tu le juges utile.

    Le fond de ma pensée est simple : je lis dans cet article un point de vue fort qui est « tout le monde dans le même panier… plutôt de crabes ». La population compte environ 2% de pervers et individus criminogène et je ne trouve pas (à part dans les secteur d’emploi mafieux…) de profession ou il y ait une réelle différence avec ce chiffre. De plus j’estime beaucoup ceux que j’ai pu rencontrer hormis deux exception qui viennent effectivement de la communauté.

    Ce que je constate de cette profession et des débats ici est plus simple : Un coach séduction doit être plus un coach qu’un séducteur. Un membre de la communauté qui deviens coach aura certainement de bons « résultats » auprès des filles mais cela ne garanti en RIEN qu’il ait de bon résultats avec ces clients, même si il veut sincèrement leur apporter son savoir faire. Pire, si il n’est que séducteur et n’a jamais appris les fondements du coaching il pourra simplement être dangereux (ou juste inutile) pour les personnes qu’il suit. Sans pour autant empêcher l’obtention de bons résultats avec d’autres clients (qui ont juste besoin d’un « petit déblocage » ou d’un exemple). Quand à ceux s’érigeant en statue et monument, princes de la séduction et maitre des femmes (j’exagère à peine) que j’ai pu voir sur internet (et un en vrai), je comprend que l’article parle majoritairement d’eux et… je ne saurais que trop mettre en garde contre cette attitude qui d’une part attire fortement des gens qui rêvent de cela, d’autre part place le coach dans une position ou il est d’emblée « dangereux » sachant que cela va généralement avec une personnalité potentiellement nuisible pour ses clients.

    Mon envie est simplement que l’on puisse éviter d’assimiler toute une profession dont certains (j’ai envie de dire beaucoup) sont vraiment des individus louables au service de leur client et qui leur apportent bien plus qu’une culture générale à ces « crabes ». La généralisation fait beaucoup de mal quel que soit le domaine et comme souvent les pires sont parmi les plus visibles…

  • FK

    Merci pour cette contribution Jean-Louis. Ce que tu dis est très révélateur de ce qui se passe avec certains coachs, auto-proclamés experts.
    C’est bien pour cela qu’il faut, si on décide d’avoir recours aux services d’un coachs, examiner ses compétences réelles, ses résultats concrets, plutôt que tous les arguments marketing qu’il peut mettre en avant, que ce soit via des articles gratuits, des vidéos ou autres révélations fracassantes.

  • FK

    Re,
    mon article traitait des coachs séduction d’un contexte bien particulier, celui de la communauté de la séduction, dont FTS fait partie.
    Je ne connais pas les pratiques des autres coachs, mais j’imagine que ceux qui sont issus de formations professionnelle ont une approche un peu moins risquée / borderline – mais il ne s’agissait clairement pas d’eux ici, car je ne peux pas écrire à propos d’une population dont je n’ai pas observé les pratiques.

  • Gaelic

    Bonjour,

    Etant moi-même thérapeute et coach, vivement intéressé par la séduction, je me permets d’apporter mon point de vue.

    Effectivement, pour plusieurs coachs issus de la communauté, il y a cet amalgame entre :
    1) avoir intégré un savoir, et être capable de le repackager avec un bon marketing
    2) savoir transférer ses compétences chez ses clients

    Certains devraient d’ailleurs s’appeler plutôt « conseillers en séduction » que « coachs » qui est un métier bien particulier, demandant comme l’a dit Whez un positionnement particulier, des techniques précises pour apporter le changement et l’autonomie.

    Et on trouve également beaucoup de bons coachs si on cherche. Il me parait essentiel d’en parler, afin que les gens apprennent à choisir avec discernement. De manière générale, il faut savoir faire la différence entre un « coach technique » détenteur d’un savoir et/ou savoir-faire dans un domaine particulier, et un « coach mental » ayant appris le coaching en tant que tel, et qui n’a pas besoin de connaissances spécifiques dans un domaine particulier, parce que sa méthode est versatile et qu’elle s’appuie sur les capacités du client, ce qui va
    1) vers l’autonomie
    2) vers la personnalisation de ce qui est appris, ce qui est vraiment bénéficiable et respectueux du client.
    3) être orienté sur un résultat (mesure de la progression), plutôt que sur un processus (apprendre des techniques de séduction par exemple).

    Tout comme on a tendance à confondre coach et conseiller, on confond aussi beaucoup coach et formateur.

    Alors faites attention. De quoi avez-vous besoin : de conseils techniques ? D’informations et connaissances générales ? D’une méthodologie de changement et de mise en action ? Car ce n’est pas le même produit ou la même personne qu’il vous faut.

  • Bob

    Merci pour cet article FK. Je tiens cependant à mettre en garde le lecteur et lui fournir un axe de lecture différent. FK, tu es entrepreneur. Ce site est ta passion -certes- mais aussi ton gagne-pain.

    En tant qu’entrepreneur il est dans ton intérêt de booster la vente des livres que tu parraine ainsi que celle des encarts publicitaires présent sur ton site et sur ton forum. De fait, tu n’es pas la personne la mieux placée pour orchestrer un procès d’intention sur une pratique qui concurrence indirectement la tienne ;)

  • FK

    Salut Bob, merci pour ton intervention.

    Ma démarche n’est pas de démonter les coachs pour rediriger mes lecteurs vers les livres en vente sur FTS.

    Et pour cause: les coachs ne sont pas une menace pour mes ventes, bien au contraire.

    Ils sensibilisent mes clients potentiels à des sujets sur lesquels ils leurs donnent envie d’en savoir plus… ils rendent leurs clients curieux, et provoquent souvent des achats de livres chez moi ou ailleurs.

    En plus de ça, les coachs sont les premiers à m’acheter mes emplacements publicitaires – ceux avec qui je choisis de travailler en raison de la confiance que je leur porte.

    Donc les coachs me rapportent indirectement de l’argent.
    Par conséquent, le but de cet article n’est absolument pas d’égratigner les coachs juste pour protéger mon gagne pain.

    Le propos de mon article est celui que j’annonce en intro: uniquement mettre en garde contre les coachs aux méthodes douteuses qui présentent ou peuvent présenter un risque pour leurs clients les plus vulnérables.

    Certaines personnes ayant réagi dans cet article ont montré qu’il existe des coachs avec un véritable sens éthique, ce que je salue. Il existe donc des coachs sérieux et professionnels, ce dont je n’ai jamais douté, comme précisé dans l’article.

  • Diabaté Yatié

    « Rien n’est bon rien n’est mauvais, c’est l’esprit qui crée le bonheur ou le malheur » William Shakespeare.

  • frank_73

    Bonjour,

    Pour plus de clareté et pour afaiblir ce sentiment de charlatanisme qui plane sur certaines pratiques il serait préférable que les personnes se pretendant « thérapeute » developpe un peu leur « titre ».
    Avant on parlait souvent de thérapeutes quand on parlait de docteurs en médecine, qu’en est il ici?
    Docteur (en médecine) qui se reconverti en coatch, j’ai plus que des doutes…
    Alors quoi? Quel prefixes y mettez vous? ergotherapeute, kinésithérapeute, psycotherapeute?
    Le message et le regard porté, le jugement et la juste appreciation du commentaire et sa legitimité pourra changer du tout au tout selon ce prefixe.

    Nombreux de ces termes ne sont utilisables que par une personne ayant été sanctionnée d’un diplome reconnue par l’Etat, certains reste marginals, et n’importe qui peut s’en revendiquer (exemple: se pretendre psychanalyste est possible au premier quidam venu ).

    « En France, à compter du 1er juillet 2010, l’usage du titre de psychothérapeute est protégé par la loi Hôpital. Son usage requiert d’être inscrit au registre national des psychothérapeutes. Cette inscription implique de valider une formation agréée en psychopathologie qui n’est ouverte qu’aux titulaires d’un doctorat de médecine, d’un master de psychologie ou de psychanalyse. »

    « Le marketing est une sorte de sociologie vénale, d’ethnologie de bazar dont le but est de savoir de quoi vous n’avez pas besoin et que l’on pourrait quand même vous vendre. » P.Meyer

    Bien cordialement,
    Frank.

  • Theobald

    Article très intéressant. Juste une petite faute : c’est dictatorial et non pas  » dictatural « . ;-)

  • FK

    Exact, c’est corrigé, merci :)