Mental et Vie intérieure

La procrastination

Par Dior

La procrastination : comprendre pourquoi on remet toujours tout au lendemain, et comment on peut lutter contre cette sale habitude

  • Par Dior
  • Le
  • 25 comm.
  • 9 partages
  • vu 77 566 fois

La procrastination, le mal du siècle selon certains, c’est cette fâcheuse tendance à remettre les trucs importants à plus tard.

La procrastination, on connait tous plus ou moins, notamment les étudiants, mais chez certains, la procrastination prend une ampleur pathologique qui peut introduire beaucoup de problèmes dans leur vie.

La procrastination, ça peut aller très vite, sans qu’on s’en rende compte.

Par exemple, on est dimanche. Vous venez tout juste de réaliser que vos examens sont dans trois semaines et qu’il faut s’y mettre tout de suite, sous peine d’avoir de sérieux problèmes.

Ça fait un mois que vous vous dites qu’il faut s’y mettre « tout de suite », mais cette fois-ci c’est vraiment important. Bon, c’est décidé, vous vous y mettez.

Mais d’abord, pour travailler dans de bonnes conditions, rien de tel qu’un bureau bien rangé. Et puis tiens, tant que vous êtes lancé, pourquoi ne pas faire un peu de ménage ? Il y a un mois, après votre dernière session de ménage hebdomadaire, vous vous étiez promis de laisser votre bureau dans cet état de propreté.

Une fois le bureau rangé, il vous faut retrouver votre surligneur orange parce que vous n’avez que le vert et le jaune, ca ne suffit pas pour travailler sérieusement.

Vous faites un tour à la cuisine en le cherchant partout. Vous sentez qu’il y a un déclic, que vous êtes enfin en train de vous mettre à bosser sérieusement.

Et tiens, puisque vous êtes dans la cuisine, vous mangeriez bien un en-cas. Et puis c’est important d’étudier le ventre plein.

En revenant dans votre chambre, vous remarquez la poussière sur le sol. Il faut vraiment passer un coup d’aspirateur, et pendant que vous y êtes, faire le ménage dans tout l’appartement.

De retour à votre bureau, vous vous autorisez une petite pause internet, juste le temps de relever vos emails. Une heure plus tard, vous vous y mettez enfin… pendant cinq minutes, avant de vous rappeler que vous aviez promis d’appeler votre cousin.

A la fin de la journée, vous vous dites que vous n’avez finalement pas beaucoup avancé… Mais ce n’est pas grave, car demain vous vous y mettrez sérieusement, promis.

La procrastination est la tendance pathologique à tout remettre à plus tard, comportement assez fréquent chez les étudiants, si bien qu’on appelle aussi la procrastination le « syndrome de l’étudiant ».

Ce problème est pris au sérieux par les psychologues et les spécialistes en la matière. Selon des études internationales, la procrastination chronique et problématique toucherait 20% de la population générale et environ 50% d’étudiants.

Les causes de la procrastination

La procrastination est souvent liée à la peur de l’échec. Devant le travail « immense » que représenterait la maîtrise d’une tâche, le procrastinateur préfère ne rien faire.

Plutôt que de s’y mettre tout de suite, ou de faire un peu chaque jour, il ne fait rien jusqu’à ce que son objectif devienne réellement irréalisable. La procrastination est un moyen d’abandonner tout de suite plutôt que de prendre le risque d’échouer le moment venu.

Certains perfectionnistes sont touchés par la procrastination. Vu qu’ils ne peuvent se résoudre à rendre un travail moyen et qu’un travail parfait demande beaucoup de temps et d’efforts, la tache à accomplir leur paraît tellement impossible à réaliser qu’ils préfèrent la chasser de leur esprit.

Mais peut-on vraiment parler de peur de l’échec quand il s’agit de remettre les tâches ménagères à plus tard ? On peut aussi y voir une peur de réussir, ou plutôt une peur inconsciente du changement, peur de se défaire d’un cercle vicieux. Ainsi, quelqu’un pourra échouer ses études parce que le fait de les passer entrerait en conflit avec l’image qu’il a de lui-même.

Le sentiment qu’il faut être préparé avant faire les choses peut être un motif à la procrastination. Par exemple, l’entrepreneur pourra se confondre en études de marché compliquées, vérifier si son idée tient la route suivant des modèles économiques complexes et finalement n’entreprendra rien.

La prise de conscience

A. Une première étape dans le changement d’une habitude est la prise de conscience.

Il faut se poser en observateur de soi et réaliser ce qui se passe en nous dans ces moments que nous voulons transformer. Une des choses les plus importantes à comprendre est qu’en tant qu’êtres humains nous sommes des créatures émotionnelles.

Ce sont les émotions qui nous dominent, qui nous font aimer ou ne pas aimer, vouloir ou ne pas vouloir faire quelque chose. En effet, si vous y regardez de près, nous fonctionnons tous selon un schéma simple: nous fuyons la souffrance et recherchons le plaisir.

Toutes nos actions, si vous creusez suffisamment, ont pour motivation profonde ces deux axes (qui sont les deux faces d’une même pièce). Lorsqu’on a compris cela, la procrastination devient limpide: si au moment où vous devez faire une chose, la souffrance de faire la chose est plus présente à vos yeux que celle de ne pas la faire, vous allez automatiquement ne pas la faire.

« Oui mais je sais très bien que si je liquide tout ça je serai mieux, pourquoi je ne le fais pas ? »

Il est extrêmement important de réaliser que « savoir » que faire la chose « serait bien » pour vous n’est pas un état émotionnel : la petite voix du devoir n’a aucune force si elle n’est pas accompagnée d’une émotion.

Une chose plus utile à faire que de se répéter sans cesse des rengaines culpabilisantes est de travailler sur son focus dans le présent.

« Quel est mon état émotionnel ici et maintenant?  »

« Qu’est-ce que je ressens quand je m’apprête à faire telle chose? »

B. Nous vivons dans le présent.

En effet, c’est le focus de son esprit, à savoir les éléments sur lesquels nous portons notre attention, qui va déterminer notre émotion. Ainsi, nous avons beau nous répéter « qu’il faudrait passer ce coup de fil/finir ce travail/etc.. », tant que notre esprit sera focalisé sur la souffrance à laquelle la chose est associée, nous préférerons automatiquement la reporter et vivre le plaisir de ne pas la faire.

Car c’est toujours le plaisir et la souffrance du présent qui comptent. De plus, malheureusement, plus l’émotion est forte, et plus la force du moment présent est grande.

Exemples: avez-vous déjà pensé au stress de votre entretien d’embauche que vous deviez passer quelques jours plus tard alors que vous êtes au sommet d’un grand huit ?

Avez-vous déjà senti après un film passionnant que vous « retombiez » dans la vie quotidienne, que tout redevenait gris ? La procrastination arrive quand, au moment de faire la chose, « faire » signifie plus de souffrance que de ne rien faire.

La marche à suivre

Que faire alors pour que ce mécanisme nous serve plutôt que d’en être dépendant?

a. Observer et prendre conscience:

La première étape consiste à cesser de se focaliser sur le résultat direct « faire absolument cette chose », ou « éliminer absolument la procrastination »: l’important est de cesser ce cycle de culpabilité et d’échec qui fait qu’à chaque fois que le problème revient, il est accompagné d’une voix accusatrice et d’un état émotionnel négatif.

Il est donc nécessaire de prendre du recul par rapport à votre « défaut », et, plutôt que de vouloir absolument résoudre votre problème tout de suite, vous placer en observateur et utiliser cette occasion pour mieux vous connaître.

Ainsi, vous pouvez commencer par écrire sur une feuille trois moments/activités qui vous font procrastiner, et Retrouver un état de calme et de distance par rapport à votre problème. Une fois que vous pouvez regarder votre problème en face, sans être affecté émotionnellement, agir dessus sera beaucoup plus simple.

b. Connaissez votre ennemi:

Une étape importante dans la prise de distance est de décrire le sentiment désagréable qui se produit au moment de faire la chose que vous procrastinez.

Contrairement à ce qu’on croit généralement, l’ennemi à abattre c’est l’émotion négative, et non la chose elle-même.

Il n’existe quasiment aucune chose qui soit désagréable en soi (on trouve même des gens qui ont du plaisir à se blesser ou à se faire infliger des souffrances, c’est dire). L’émotion désagréable que vous ressentez n’est pas réelle: c’est une construction de votre esprit, une association que vous seul avez établie (par une mauvaise expérience antérieure, l’habitude, etc..).

Soyez précis dans votre description, et faites attention aux mots que vous employez – ils sont révélateurs de votre manière de fonctionner.

c. Construisez votre propre esprit:

Écrivez à présent la souffrance qui va se produire dans votre vie si vous ne faites pas la chose.

Si vous parvenez à créer une souffrance plus grande que celle que vous ressentez au moment de faire la chose, alors vous allez commencer à la faire immédiatement (c’est le déclic qui se passe quand, mis au pied du mur, vous « n’avez plus le choix »: c’est le moment où la souffrance de « ne pas faire la chose » dépasse tout à coup celle de la faire).

Pour cela, n’hésitez pas à dramatiser, rendre les conséquences de votre inaction énormes, tragiques. Sachez vous faire peur et vous menacer sans pitié. De même, exagérez dans votre esprit tous les avantages à faire cette chose, avec la même emphase. Plus vous parvenez à être créatif et imaginatif (c’est à dire, à vous laisser aller à ces représentation sans pression aucune) et plus vous allez enclencher des réactions émotionnelles, et par là-même engendrer les comportements que vous voulez.

C’est le grand paradoxe de la procrastination: plus vous êtes détaché de la chose à faire (notre point a), moins cette chose a déjà été procrastinée, et plus vous êtes libres dans vos associations émotionnelles, plus vous arriverez facilement à associer des émotions positives avec cette activité.

C’est pourquoi il faut parfois passer par des raisonnements inverses, comme vous ordonner de procrastiner volontairement la chose pour briser votre habitude, et retrouver en un instant votre liberté d’action (et parvenir à faire la chose qui vous résistait depuis longtemps).

d. Traitez-vous comme un enfant:

Pour éviter ces situations difficiles, soyez toujours très vigilants et prenez très au sérieux vos « faiblesses ». Prenez l’habitude de prévoir à l’avance les choses qui seront difficiles à gérer et pour lesquelles vous risquez de procrastiner. Plus vous vous mettrez dans un état émotionnel d’alerte et de danger, plus les risques de procrastination diminuent.

Apprenez à créer un contexte contraignant pour vous aider à surmonter votre problème: cela peut être donner de l’argent à ses amis qu’ils gardent si vous ne faites pas la chose, demander à un ami de vous coacher, vous interdire telle chose si vous ne faites pas ce que vous devez faire, etc…

À l’inverse, il est très important de savoir créer un contexte favorable, dans lequel vous associez « avoir fini la chose » avec une forte récompense. Comme dit plus haut, le sentiment de liberté et l’absence de stress favorisent la créativité et les associations émotionnelles positives: prévoyez donc plus de temps qu’il vous faut, reposez-vous.

Enfin, la fin justifiant les moyens, soyez le plus lâche et paresseux possible. Profitez de tout ce que vous pourrez trouver dans votre environnement qui pourrait vous aider à atteindre votre but.

Ainsi, préférez toujours la manière la plus simple de parvenir à vos fin, plutôt que la manière « noble », « belle », etc..: le plus souvent, cet impératif de qualité dans la réalisation des choses est une des raisons principales de la procrastination. Mieux vaut avoir fait la chose moyennement bien que d’avoir voulu la faire parfaitement et n’avoir rien terminé au final.

On ne le répétera jamais assez: plus vous saurez mettre votre orgueil de côté, plus vous augmentez vos chances de trouver l’aide qui vous correspondra.

Le simple fait de dire ce que vous devez faire à vos proches augmente drastiquement les chances que vous aurez de le faire (plutôt que de les cacher et de garder tout cela secret).

Un autre moyen est de se forcer à accomplir une tache quotidiennement, même si vous vous y attardez que 5 minutes. L’important est de créer une habitude.

Mieux vaut passer 5 minutes à apprendre quelque chose que 2 heures et ne rien retenir au final.

Même si vous ne faites rien durant ces 5 minutes, vous gardez l’habitude de faire la chose. Par exemple, vous pouvez vous fixer chaque jour au moins deux pages à lire.

Les jours où vous êtes en forme, vous en lisez 40 à la suite, et quand vous n’avez vraiment pas envie de lire, vous n’en lisez que deux. L’important étant d’en lire au moins deux par jour.

Par Dior

Cet auteur ne nous a pas encore envoyé sa présentation. Article publié par l'éditeur de FTS. Les propos de l'auteur n'engagent que lui, et ne reflètent pas nécessairement l'opinion des responsables du site.

Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Pour que cet espace de discussion reste agréable et intéressant, nous nous réservons le droit de refuser / supprimer tout commentaire agressif, discourtois, désagréable ou non constructif. Mais bon, comme on est tous polis et bien élevés, tout devrait bien se passer :)

  • Mohamed

    Merci pour cette article très intéressant, mais pour être honnête, je n’ai même pas eu le temps de le lire en entier^^, je l’ai juste enregistré; comme quoi, quan on est procrastinateur, on l’est for ever…lol

  • narcissa

    je dois être une procrastinatrice j’ai mon mémoire à rendre dans 12 jours et je n’ai rien fait depuis une semaine :s

  • rectoverso

    Excellent article! Je peux enfin mettre un nom sur cette « pathologie ». Je ne me suis jamais reconnu dans le rôle du paresseux ou du flemmard, mais par contre je m’identifie pleinement à celui du « procrastinateur »!
    Cela va faire 2 ans que j’ai fini les études, et je dois avouer que ces mauvaises habitudes me poursuivent malheureusement encore dans la vie active… Dans mon cas, c’est bien la peur du changement et de la réussite (oui oui) qui me pousse à tout remettre à plus tard.

    Merci beaucoup, pour ma part c’est une « révélation » de pouvoir identifier la source de ce défaut et d’y remedier! C’est un article qui va me faire évoluer.

  • FATHI

    Bonjour et BRAVO pour l’article.
    J’ai eu des problèmes depuis mon enfance à ces propos(procrastination ,surtout aux études), et cela fait pratiquement deux ans que le problème a évolué à cause de l’apparition d’internet ,puisqu’on trouve le plaisir facilement en regardant une vidéo sur youtube, que d’aller faire un exercice de math ou bien on trouve plus de plaisir à discuter sur msn ou bien à faire n’importe quoi que de faire quelque chose.
    Douches , courses, sport, toujours je procrastines ces activités.
    Maintenant que j’ai identifier mon problème , je crois que je peux vraiment aller de l’avant en améliorant ma personnalité procrastinatrice.
    Dernière remarque , je pense aussi être perfectionniste puisque même dans mon enfance je détestais avoir des jouets rayés , je détestais ne pas terminer un jeu à 100% et dans ma tête j’étais le meilleurs du monde alors que lol…(meilleur du monde mdr).
    UN GRAND MERCI!!!!!!!!!!!

  • Blanche

    Merci mille fois,
    J’ai soigneusement tout imprimé et j’essaierai de suivre vos conseils.
    J’ai 35 ans, et moi, ça me pourrit la vie. Auprès de mes proches, nul doute que je passe pour une écervelée, voire une irresponsable. Plus la tâche est importante ou déplaisante, plus je tarderai, parce que si je ne la fais pas… elle va peut être disparaitre. Je suis souvent dans un esprit  » si j’oublie ce problème, que je n’y suis pas confrontée, c’est qu’il n’y a pas de problèmes… »
    En vous lisant, je réunis tout les cas de figure propres à la procrastination et je me demande si j’en sortirai finalement un jour.
    Allez, en avant pour ma première liste ! :)

  • skl21

    Il faut savoir que la procrastination peut être liée au cortège de symptômes qui accompagnent les sentiments de mal-être, les dépressions. C’est quelque chose qu’il faut vraiment prendre au sérieux, étant donné que cela peut amener au suicide sans problème.
    Si quelqu’un se sent vraiment extrêmement procrastinateur, on ne peut que lui conseiller de rapidement consulter un psychiatre.

    D’ailleurs, faudrait que je le fasse, mais je suis toujours pas en règle niveau sécu, depuis 3 ans :)

  • draco151278

    excellent article, tout y est :

    la théorie et j’ai enfin su mettre un nom sur un de mes soucis ( un vrai désastre pour mes rencontres avec les femmes )
    et la pratique avec les quelques exercices a faire par écrit, cela permet d’y revenir facilement et de retourner la situation en se faveur.

    un premier merci ( qui ne sera pas le derniers j’espère )

  • Azzaro

    Je me reconnais vraiment dans ces « symptômes » (pratiquement mot pout mot dans l’intro, effrayant…)

    Y a-t-il des médecins psychiatres sur Paris qui prennent en charge efficacement la procrastination ? (J’insiste sur le fait qu’ils soient médecins pour les remboursements sécu)

  • Tonio

    @FATHI : Je pense que le perfectionnisme peut facilement entrainer la procrastination par peur de ne pas faire les choses parfaitement, dans les meilleures conditions possibles.

  • http://www.sameliorer.com Guillaume

    Excellent article, très utile et exhaustif.
    Merci pour la mention de mes articles.

    J’ai essayé de faire un trackback vers le votre depuis mon blog mais il semblerait que cela n’ai pas été pris en compte. Est-ce normal?
    Peut-être ne suis-je simplement pas suffisamment patient.

  • http://www.pokerholdem.fr FK

    Bonjour Guillaume, merci pour ces compliments.
    C’est étrange, je n’ai pas reçu les notifications de trackback,alors que je les reçois d’habitude sans problème.

  • Unknow

    Tout simplement merci.
    Je ne savais pas que mon état d’esprit etait pathologique.
    c’est comme si j’etais devant un fleuve et que vous m’ayez poser un pont sous les pieds au moment exact ou je commencais a sentir mes pied s’enfoncer dans l’eau.
    Encore merci.

  • John

    Bon article, j’essaye tout de suite (grosse rédaction à faire pour dans 8 heures, en général je démarre 4 heures plus tard qu’aujourd’hui).

    Comme pour Azzaro… Le premier chapitre c’est exactement ça ! Ça effraye !
    Comme pour Mohamed… J’ai failli ne pas lire tout l’article. Je me suis dit, justement, que ça serait le comble de remettre à plus tard la lecture d’un article à ce sujet.

    Je tiens à préciser que ce défaut m’a apporté quelques qualités: À force de tout faire au dernier moment je me suis habitué à pouvoir faire un travail rapide et efficace! Plus qu’à combiner ça maintenant avec le fait de le faire directement et ce sera parfait.

    Bonne chance à tous.

    Jooooooooooooohny

  • jm

    Tout ça est très vrai..
    Proscrastiné nécessite d’être imaginatif, à la recherche de la moindre excuse pour l’inactivité, reporter, ne pas faire, ou faire si lentement que ça en est fatiguant, épuisant…. tout en culpabilisant parce que finalement tout ca… c’est pas bien.. on se gronde, on s’engueule soi même, on s’en veut,… on se taillerait presque les veines, on se trouve feignant, on pense même être feignant… Mais là, on vient d’apprendre que tout cela pourraît être apparenté à une « maladie » !! C’est chouette alors !! Vous nous fournissez la meilleure excuse possible pour déculpabiliser de ne pas faire… le symptôme !
    Le symptôme c’est la pire excuse, puisque pour schématiser : si je suis malade je peux décharger une part de ma responsabilité sur le fait de la maladie. Problème due à l’enfance. Pas ma faute ! ma mère !
    C’est comme avoir une grave maladie dont on est pas responsable… Alors oui je pourrais peut-être me soigné mais bon… quand même … c’est pas ma faute !!!
    Super ! Je vais pouvoir procrastiné sans culpabilisé…. Cooool merci !

  • Terrigan

    Rhoooo JM ^^

    Tu soulignes un paradoxe avec beaucoup d’humour, profitons-en pour taper là où ça fait mal : c’est bien d’être créatif et tout et tout, mais il y a bien un moment où il faut débrancher le cerveau et avancer comme un gros bourrin.

    Bon évidemment c’est un peu simplet, mais on a besoin de cette simplicité aussi. Regardez le tôlier du bar-tabac en bas de chez vous, vous croyez qu’il passe des heures chaque matin à méditer avant de se jeter sur toutes les corvées de la journée?

    En attendant de devenir une brutasse sans états d’âme qui rentre automatiquement dans la tronche des corvées, la règle des 45 minutes citée à la fin de l’article est par exemple un bon outil pour se fixer un cadre.

    Il y a aussi la méthode « podoro » qui tourne avec des tranches de 25 minutes et pauses de 5 minutes, et une pause de 15 à 30 minutes une fois qu’on a accompli 4 cycles.

    Bon, c’est pas tout ça, moi je vais aller ranger ma chambre, parce que là c’est plus possible ^^

    Bon courage à tous !

  • Pingback: vaincre la procrastination | Vie Explosive

  • prisme2010

    A lire aussi, un recueil de nouvelles, histoire de se dire qu’on n’est pas tout seul.
    « La tentation du lendemain ».

  • J06200
  • pascal

    Je suis procrastinateur à un point où je ne peux plus rien faire et que je met ma sécurité en danger.
    Je pense qu’au départ j’avais très jeune une mauvaise image de moi qui a entrainé un sentiment d’infériorité. J’ai ensuite compensé en créant un complexe de supériorité où je posais comme base d’être toujours le meilleur et parfait. C’est à partir de là que je me suis mis à procrastiner toute ma vie. Tant que j’avais l’idée d’être un être supérieur, j’arrivais avec dificulté à m’en sortir. Depuis que je sais récement que je ne suis pas meilleur qu’un autre, que j’élimine mon complexe de supériorité, je perds ainsi le moteur qui me permettait de vainvre la procratination. Maintenant je suis revenu à mon départ, je me considère comme peu de chose et toute tâche me parait impossible. Un reste de perfectionnisme accentue encore la chose. Bref je suis devenu l’équivalent d’un tétraplégique et j’ai été placé sous tutuelle car je n’arrivais plus à gerer mes affaires courantes. Voila un cas grave où la procrastination peut vous emmener, quand elle est générée par un sentiment d’infériorité du à une mauvaise image de soi….
    Il me parait donc utile de travailler sur cette image de soi pour ensuite traiter la procrastination… Qu’en pensez-vous ? pascal

  • maxime

    Je reprend les cours apres demain en Terminal avec des interrogations sur mes résultat à venir, en effet durant des années j’ai subi les méfaits de ma procrastination. C’est pourquoi je porte une grande importance à cet article qui je l’espere me sera d’un vrai complement à mon envie de changer.

    Merci pour ce super site.

  • Anneso

    merci du fond du cœur pour cet article. C’est bien la première fois que je trouve quelqu’un qui comprend vraiment cette maladie et qui me donne les solutions pour m’en sortir. C’est une souffrance de tous les jours. Plus le temps passe et plus on est malheureux de vivre avec et plus on tourne en rond car cela devient obsessionnel. Ce soir grâce à vous j’ai compris, les exercices à faire sont incroyablement vrais et tellement , je n’ai pas de mots, tellement justes. mes trois activités ou moments que j’ai choisi sont m’occuper de mes papiers, faire mes fiches horaires et me cultiver. j’en ai ressorti la souffrance que cela me provoquait quand tout cela n’était pas fait et les avantages à le faire, le résultats de l’exercice est incroyable. Une chose incroyable c’est que je rêve de lire des livres mais je n’arrive pas à ouvrir les bouquins; je suis comme bloquée. c’est comme si la fin de l’article avait été écrit pour moi: je m’en vais lire mes 2 pages de mon livre: « l’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle ».
    Merci du fond de mon cœur!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • mimi

    j’avoue je n’ai pas réussi a lire tout l’article aussi!!
    je suis une super super procrastinatrice et ça me tue de plus en plus, tout les jours !!! c’est un mal qui me ronge et je n’en peux plus, ma vie se résume a une succession d’échec et d’abandon. ajoutons a cela un trouble de l’attention tdah+toc+borderline et vie sociale quasi nulle je me sens vraiment nulle et j’en ai marre!! je dois vraiment voir un psy parce que je veux trop de choses et je n’obtiens rien, je veix être parfaite et je suis tout le contraire!!!!! oh mon dieu, j’en ai marre, je voudrais être positive, m’aimer un peu plus et être fière de moi ! être plus forte ! en tous cas, cette année je la place sous le signe de la positivité et j’espère de tout mon coeur accomplir des choses qui me rendront meilleur! il le faut!! on a qu’une vie !!!!!!!!!!!!!! a tous les adultes procastinateurs et atteint d’autres troubles : boostons nous !! au point ou on en est, ya que du positive derrière! ne l’oublions pas!!!!
    en tous cas merci pour cette article je peux enfin mettre un nom sur ce mal !! ya plus qu’a AGIR maintenant!
    en passant : je devais commander des trucs sur internet, j’ai une remise assez importante et elle se perime … demain ça fais un mois que j’ai cette foutu remise, ça fais 3h ke je suis sur l’ordinateur / 5 onglets ouvert : youtube, sephora, facebook, sfr mail, plus itunes en marche!! je m’eparpille!!!! il faut que je commande maintenant!! maintenant!!

  • Heisenberg

    Je suis tellement atteint de procrastination que cela fait 1 mois que je suis censé lire cet article…

  • IwannaBe

    Je viens de découvrir ce site, un des premiers articles que je découvre, un mal qui me ronge également. Luttons contre ce poison avec force! Bon courage!

  • Azariadis

    Cet article est vraiment très bien fait. J’avais déjà appris à lutter contre étant ado, puis j’en avais complètement oublié les recettes et suis retombé dans la procrastination à outrance (étudiant longue durée oblige^^). Merci à FK de me les avoir rappelé et courage à tous ceux qui luttent contre ce fléau!

Toutes nos rubriques : cliquez pour naviguer et voir nos articles