Conseils séduction

Se débarrasser d’un rival amoureux.

Aah, la rivalité dans les relations hommes / femmes. Qui ne s’est jamais fait piquer une magnifique belle jeune fille, après une soirée passée à la draguer ? Bon, ok, si on était vraiment bon, ça ne serait pas arrivé … Mais parfois, être bon, ça peut aussi vouloir dire gérer les autres mecs qui […]

Aah, la dans les relations hommes / femmes.

Qui ne s’est jamais fait piquer une magnifique belle jeune fille, après une soirée passée à la draguer ?

Bon, ok, si on était vraiment bon, ça ne serait pas arrivé … Mais parfois, être bon, ça peut aussi vouloir dire gérer les autres mecs qui tournent autour de la fille que vous essayez de faire craquer.

Je pense que nombreux sont ceux qui se sont retrouvés un jour dans ce genre de situation.

Vous: Tu as envie de m’embrasser ?
Elle: Pourquoi pas ?
– échec magnifique de la tentative de l’embrasser –
Elle: non attend…
Vous: Qu’est ce qui ne va pas ?
Elle: Ecoute, en fait j’ai flashé sur quelqu’un d’autre il y a quelques jours. Je ne pensais pas que ça irait si vite avec toi, je ne sais plus trop où j’en suis.
– grand moment de solitude … –

Et là, c’est le drame. Vous venez de vous découvrir un rival dans le cœur de la belle. Rassurez-vous, c’est arrivé à tout le monde, et au fil de quelques mésaventures, j’ai plus ou moins identifié quelques ficelles clés dans la gestion la plus efficace possible du problème.

Cet article n’a pas la prétention de détenir la vérité universelle. Il existe toujours plusieurs solutions pour séduire une femme. Cet article a pour vocation de proposer très modestement une base de réflexion à ceux qui n’ont pas l’habitude de ce genre de rivalités : des points clés récurrents dans ce genre de situation y sont discutés, une liste d’erreurs à éviter y est énoncée, etc. En aucun cas il ne s’agit d’une méthode toute « prête à porter » et bien évidemment, tout cet article ne vous dispense pas d’un travail et d’une réflexion personnelle quand à la gestion finale de votre cas particulier à vous.

Les trucs et astuces évoqués ici, se cantonnent à la gestion d’un rival lors du processus de séduction, et non d’un éventuel petit ami. Dans le cas ou la demoiselle est déjà en relation sérieuse, on se cantonnera plutôt à essayer de sonder la solidité de sa relation et, le cas échéant, à essayer de casser les fils de liens déjà distendus et sur le point de rompre.

Je parle d’un vrai rival, qui a déjà fait son trou dans le coeur de la belle, sans forcément avoir eu l’occasion de concrétiser, où même d’une relation toute juste naissante (on me passera le couplet sur l’éthique d’une telle situation dont je n’ai cure). Bref, un mec qui est en train de vous couper l’herbe sous le pied. La course au coeur de la belle est engagée.

Désamorcer les pièges

Ce genre de situation n’a rien d’exceptionnel pour une femme. En effet, pour peu qu’elle soit jolie, il y a fort à parier qu’un essaim de prétendants lui tourne autour en permanence.

D’autre part, la femme peut très bien réagir comme ça par hésitation, pour gagner du temps, pour jouer voire même pour vous tester en évaluant votre réaction.

Tout d’abord, un point essentiel : garder le contrôle et ne pas montrer la moindre once d’émotion vis à vis de la terrible nouvelle que vous venez d’apprendre.

Deviner si elle ment

Une série de questions plus ou moins poussées peut vous permettre de rapidement savoir si la menace est réelle ou non.

Avec l’expérience, j’ai appris à éviter les questions bateau du genre :

  • Comment il s’appelle ?
  • Quel est son age ?
  • Il fait quoi dans la vie ?

Ce sont des questions qui appellent des réponses courtes, auxquelles la plupart des femmes ont des réponses déjà toutes faites et qu’elles sont habituées à utiliser (notamment lorsqu’elles mentent à leurs copines à propos de leur hypothétique petit copain, ce qui arrive plus souvent qu’on ne le croit). Une réponse quelconque à ces questions peut être tout à fait crédible sans être vraie.
Donc pour résumer, réponse à une question bateau = pas plus avancé !!

Les questions plus précises et pertinentes sont nettement préférables.
D’une part ces réponses demandent une véritable effort de créativité si elle veut vous mentir, et d’autre part, les questions ont le mérite de déstabiliser votre cible lorsqu’elle se rend compte que vous n’en avez rien a carrer de l’âge ou du nom de votre rival.

Qu’est ce qui t’a plu chez lui ?

Si la réponse ne sort pas en moins de 7 ou 8 secondes, vous pouvez être sûr que la belle est en train de vous monter un bateau. Je n’ai jamais croisé une seule femme qui ne savait pas très précisément ce qui lui plaisait chez un garçon. Mais d’un autre coté, il est plutôt difficile d’imaginer le trait particulier qui nous plairait chez quelqu’un qui n’existe pas.

En savoir plus

D’autre part sa réponse vous donnera des clés indispensables dans votre quête. Penser à noter mentalement très précisément chaque mot qui sort de sa bouche. Ce sont autant d’indications et de mots magiques qui vous permettrons de la faire vibrer par la suite lorsque vous vous les rapproprierez.

Si la première réponse ne vous convainc pas, rien n’empêche d’en enchaîner 2 ou 3.

Comment vous êtes vous rencontrés ?
Quels sont ses projets pour vous deux ?

La question sur la rencontre, vous permet éventuellement de rectifier le tir la prochaine fois que vous envisagez une date, et frappant mieux et plus fort que votre éventuel rival. Si ce dernier est inventé de toutes pièces, la demoiselle ne fera que vous révéler à son insu la manière dont elle imaginerait une rencontre parfaite. A vous donc de marquer son esprit.

La dernière question vous permet de vous situer par rapport aux attentes de la demoiselle et d’identifier ses besoins. Éventuellement vous pouvez enchaîner sur vos ambitions dans la vie et votre vision du couple. L’objectif dans tout ceci étant bien évidemment de tourner chacune de ses réponses à votre avantage, de conserver le contrôle de la situation d’un bout à l’autre et de ne pas lui laisser le temps de reprendre ses esprits.

Généralement je me contente très souvent de rester light. Si vous vous montrez trop pressant, il est fort probable que votre cible voit clair dans votre jeu, supporte mal cet interrogatoire et vous envoie balader. Sur ce coup là, il va falloir jouer en finesse de façons à lui donner envie de vous répondre, sans pour autant éveiller ses soupçons.

Je n’ai jamais eu besoin de dépasser le seuil des trois questions. Qui plus est, il va falloir montrer que vous êtes confiant ! La confiance, c’est le mot clé. Se montrer trop interrogateur peut laisser entrevoir que vous doutez d’être à la hauteur et qu’avoir un rival vous fait peur. Ce n’est pas le cas. Vous êtes un loup, votre cible est l’agneau, et votre rival n’est rien d’autre que la poire de service.

Évaluer la menace, placer ses pions

Grâce à 10 ou 20 minutes de discussion qui précèdent, vous venez de comprendre que vous avez effectivement à faire à un vrai rival en chair et en os, et non pas à une excuse bidon de la part de votre cible.

C’est embêtant, mais pas insurmontable. D’autre part, vous avez un atout de taille que votre adversaire n’a pas forcément : Vous êtes au courant de la situation. A partir de là, une partie d’échecs va s’engager et vous avez l’avantage du premier mouvement. Le meilleur dans cette histoire, c’est que tant qu’elle ne dit rien sur la situation à votre rival, elle vous permet de continuer à placer vos pièces sans qu’il ait la moindre de chance de jouer un seul coup.

Tant qu’il ignore tout de vous et de vos prétentions, il continue à jouer pour lui. Tandis que vous, maintenant que vous avez démontré votre valeur et que la belle hésite entre les deux, vous allez pouvoir commencer à jouer contre lui. Votre intérêt est donc que votre rival ignore tout de la situation le plus longtemps possible.

Sun Tsu a écrit:
Connais ton ennemi et connais-toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois tu serais victorieux.

C’est un principe qui est devenu bateau tellement son évidence est manifeste. On ne compte plus le nombre de fois ou ce précepte à été cité à bon ou mauvais escient. Pourtant, une fois encore, c’est en connaissant parfaitement votre rival que vous avez une chance de taper la ou ça fait vraiment mal.

L’idée derrière ces belles phrases, c’est qu’il va falloir petit à petit apprendre de votre cible le maximum de choses concernant votre adversaire. Qu’est-ce qui chez lui la fait vibrer ? Quels sont ses défauts ? Quels sont ses atouts ? Quelles sont ses habitudes ? Qu’est ce qu’elle aimerait changer chez lui ? etc. Bien évidement, l’intérêt de connaître toutes ces réponses peut paraître évident. Et pourtant, il va falloir être de finesse et surtout, surtout ne pas lui faire passer un interrogatoire.

Ne pas la harceler. Les réponses doivent venir naturellement parce qu’elle a envie de vous parler, pas parce que vous demandez. Il convient d’être fin psychologue à ce moment précis. Par contre, chacune des réponses que vous obtiendrez, sont une chance de plus d’embrocher la tête de votre adversaire au bout d’une pique. C’est en connaissant ses atouts et ses points faibles que vous serez efficace dans votre game par la suite.

Faire pencher la balance en votre faveur

Eviter le caprice

C’est l’affaire des hommes peu sûrs d’eux-mêmes, c’est la caractéristique des faibles.
Or c’est justement le moment d’être fort, et de montrer à fortiori que vous l’êtes plus que votre rival. Si je peux me permettre de citer FrenchKiss, on note très fréquemment que dans une situation délicate qui lui échappe complètement, l’AFC à du mal à gérer le flot de ses émotions :

« […]Il pète alors un câble. Il engueule son one-itis, lui reproche de lui manquer de respect, de le traiter comme de la merde… »

C’est certes un peu caricatural. Mais combien d’entre nous (moi le premier) n’ont pas eu instinctivement la pensée suivante :
« Mais comment peut elle me comparer à ce naze ? ».

Montrez du détachement

C’est là où il faut faire preuve de maturité. Elle hésite, c’est un fait. Lui gueuler dessus et faire semblant de se vexer n’apporte rien du tout et vous fera même très certainement perdre toute consistance. Dans ces conditions, ne faites pas le jeu de l’autre et accrochez vous bon gré mal gré. Les femmes apprécient les hommes persévérants qui n’ont pas peur du défi. Un conseil (qui prévaut en toutes circonstances) : restez calme, sûr de vous, et conserver tant bien que mal son flegme et son humour.

D’autre part, il ne faut pas perdre d’esprit qu’un séducteur sait prendre son temps. Elle ne se décide pas tout de suite ? Peut vous importe. Vous avez le temps. Tout le temps du monde. Et tant qu’elle hésite entre deux personnes, il est quasiment automatique qu’elle se mette elle-même hors jeu pour un bon bout de temps. Si un troisième séducteur tente sa chance entre temps, il y fort à parier qu’il se fasse envoyer sur les roses.

C’est un paradoxe que j’ai souvent vécu personnellement et qui m’a été confirmé par quelques femmes. Autant la plupart des femmes n’hésitent pas à prendre leur temps pour choisir le meilleur prétendant, autant elles essayent de simplifier le problème au plus simple. Et le plus simple, c’est deux prétendants (rarement plus). Au delà, elles ont l’impression de perdre le contrôle de leurs sentiments et cela les dérange. Pour y remédier, elles jettent immédiatement tout nouveau importun. Quoiqu’il en soit, cet état de fait joue en votre faveur. Tant que son choix n’est pas fait, vous avez le temps. Reste à vous de bien l’utiliser et de savoir briller comme il faut. Je vous renvoie également à l’article « Le séducteur prend son temps ».

« La Patience, c’est l’expression raffinée de la confiance. »

Comme conséquence directe : éviter les ultimatums !
S’il est bien une stratégie qui ne fonctionne pas, c’est bien les ultimatums.

Evitez de lui mettre la pression

Personnellement, je ne trouve rien de plus insupportable lorsque je fais les magasins, qu’un vendeur désoeuvré qui me surveille du coin de l’oeil et qui vient me demander toutes le 40 secondes si j’ai besoin d’aide. C’est encore pire dans une relation sentimentale. Le moindre ultimatum me fait fuir à vitesse grand V.
Un ultimatum n’est rien d’autre qu’une menace. Mais une menace de quoi ? C’est elle qui fait son choix, pas vous. A vous de prouver que vous êtes le seul choix possible. En plus d’être complètement imbécile et inutile, un ultimatum ne fait que mettre la pression à votre cible. Or les femmes gèrent mal la pression dans ce genre de situation. Il y a fort à parier qu’elle évacue le problème en vous envoyant tout bonnement balader.

Par contre, c’est le moment de montrer sa valeur. Mot d’ordre : prouvez que vous êtes meilleur que votre adversaire. C’est facile tant que votre adversaire ignore votre existence. Ca l’est beaucoup moins dans le cas contraire, profitez donc de votre avance.

Surpassez le… sans oublier la fille

Maintenant que vous connaissez quasiment tout sur votre adversaire, vous allez pouvoir le supplanter facilement. Il faut la jouer fine. Il l’emmène au cinéma ? Emmenez-la au théâtre où à l’opéra. Il lui paye un mac Do ? Sortez-la dans un grand restaurant (qui ne veut pas dire « offrez-lui » !!). L’idée ici, c’est surtout de faire rêver votre cible. Ce n’est pas tant les lieux où vous l’emmenez qui vont faire la différence, mais la qualité des rendez-vous que vous arrangerez. Bien évidemment les exemples présentés ici ne sont pas représentatifs d’une vérité absolue. Si votre cible est plutôt du genre soirée « pizza/karaoké », il vous faudra oublier le théâtre et aller dans son sens.

Il est essentiel ici de marquer plus de points que votre rival. Arrangez vous pour avoir toujours un temps d’avance sur lui. Vous avez plus d’ambition que lui, vous faites tout en mieux, mais en plus beau et en plus grand. Et surtout, vos rendez-vous doivent tendre à lui faire percevoir que ses sorties avec votre rival sont bien plus fades.

Gardez la tête froide

Ce n’est pas pour autant qu’il faut oublier immédiatement tous les conseils de séduction qui prévalent !! N’en profitez pas pour retomber dans l’AFCisme le plus complet. Ne vous montrez pas collant, c’est a proscrire ! Certes, vous lui montrez votre détermination, mais ce n’est pas pour autant que vous êtes à ses ordres comme un bon petit chien. Arrangez vous pour rester le prix. Ne vous laissez pas aller à tout lui offrir, évitez les fleurs a répétition et autres mièvreries disqualificatoires habituelles. Certes, vous êtes en compétition avec quelqu’un d’autre, mais elle doit sentir qu’elle est elle-même en compétition pour votre coeur. Vous avez marqué votre interêt, mais rien n’est gagné pour elle.

Il va vous falloir vous montrer plus fort plus déterminé dans vos bonnes résolutions que votre adversaire. Si il y a un needy parmi vous, c’est lui. Tout ça lui fera perdre des points et participera à l’élaboration de votre succès. Là encore, tout est question de mesure : l’idée n’est pas de se rendre « complètement inaccessible », mais plutôt « de valeur » et donc plus précieux.

Votre plus grosse erreur : se conduire comme n’importe quel amoureux transit imbécile. C’est probablement ce qu’elle attend de votre part pour vous piéger. Restez hard to get. Vous devez rester un challenge pour elle. C’est le moment de briller de tous vos feux et surtout, surtout : soyez imaginatif !! Un peu de fantaisie, d’originalité et de bonne humeur n’a jamais fait de mal à personne.

L’équation est simple. Il ne peut y en avoir qu’un. Ce sera le meilleur, celui qui la fait le plus vibrer, et le moins AFC !

Grillez votre adversaire

On pourrait être tenté à se stade d’essayer de décrédibiliser le rival aux yeux de sa cible. Ce n’est pas une de mes techniques préférées, loin de là, mais force est de constater que dans le monde immoral où nous vivons, ça reste une technique valable.

Là encore, il faudra faire preuve de finesse. Dénigrer ostensiblement votre rival, vous fera passer instantanément pour le jaloux de service, et aura l’effet contraire à celui escompté. Qui plus est, si votre adversaire est lui aussi au courant de la compétition, il y a fort à parier qu’il apprécie très moyennement vos attaques dans le dos et qu’il vous renvoie la balle. C’est le jeu.

Très personnellement, j’évite de descendre un adversaire. D’une part parce que je ne trouve pas ça très élégant. D’autre part parce que j’estime qu’un séducteur n’en a pas besoin. Loin de moi l’idée de me considérer comme un séducteur, mais lorsque vous appliquez déjà tous les conseils décrit dans cet article, vous vous apercevrez que le recours à des techniques pareilles n’est pas toujours justifié. Il convenait néanmoins d’en faire mention.

Par contre, bien évidemment, il convient de se blinder. Il y a fort à parier que votre adversaire (qui n’aura pas lu ces lignes) essaye de vous décrédibiliser et de vous « démonter » dans votre dos.

Là encore trois mots d’ordre. Flegme, dignité et confiance en soi. Votre cible ne pourra qu’être impressionnée par le recul que vous prenez vis à vis d’attaques personnelles (et si ce n’est pas le cas, c’est une gamine qui ne mérite pas votre attention et votre standing de grande classe).

L’éliminer de l’équation définitivement

Briller aux yeux de votre cible, c’est bien, mais ça peut devenir épuisant. Qui plus est il arrive que certaines femmes trouvent la situation confortable et jouent sur les deux tableaux en vue de la prolonger. La phase précédente ne doit pas durer. Vous devez être rapides et efficaces. 2 ou 3 semaines, c’est un grand maximum. Au delà, vous risquez de voir revenir à vitesse grand V la très célèbre Friend Zone…

D’autant qu’il ne faut pas se voiler la face, la situation n’est pas si confortable pour vous. Il va donc falloir agir, et frapper un grand coup. Désormais, vous devriez vous situer à une longueur d’avance dans le coeur de la belle, par rapport à votre concurrent direct.

C’est le moment d’un uppercut. Faites comprendre à la belle, autours d’un dîner romantique, qu’il est temps de franchir une étape. Elle est prête. Elle vous plait, vous lui plaisez, rien ne s’oppose plus à votre relation. Deux étapes pour ce faire :

  • L’isoler ! C’est l’étape clé. Arrangez vous pour qu’elle n’ait plus aucun contact avec votre rival pendant un petit moment. L’idéal selon moi consiste à l’emmener pour un week-end ou pour une journée dans un parc d’attraction à deux (ou en pique-nique, etc). D’une façon plus générale, il faut la sortir de son quotidien, en l’emmenant dans votre univers. Elle doit se sentir chez vous, et plus important, elle doit se sentir bien.
  • Attaquer ! Ce n’est pas le moment de se dégonfler. A grand coup de patterns, de boy-friends destroyers (revus et corrigés pour l’occasion), de PNL et de tout ce qu’il faut, vous lui faite comprendre qu’au fond d’elle-même, elle a déjà fait son choix. Et ce choix, c’est vous. C’est le moment de ressortir tous les mots magiques récoltés jusque-là durant ces semaines de labeur : Vous devez la faire se sentir en harmonie avec vous. D’autre articles et threads du forum traitent du sujet plus en profondeur. Je me contente ici d’appliquer.

Dans un moment de laisser aller, elle vous tend les lèvres. C’est le moment de concrétiser. Surtout ne pas la jouer insaisissable à ce moment-ci. Vous savez ce que vous voulez, vous avez lutté pour l’avoir, et elle vous le donne. Refuser ici sous prétexte de faire durer le plaisir ne jouerait pas en votre faveur et vous collerait une image d’homme qui ne sait pas ce qu’il veut. Or en ce moment précis alors qu’elle vous tend les lèvres, c’est inconcevable ! Consommez sans modération.

Solidifier sa position

Vous avez suivit tous les conseils ? Non ? Pas grave. Vous avez gagné ? Très bien. Et maintenant ?

Maintenant, c’est le moment de prendre deux secondes et de penser à l’avenir. J’espère que vous savez très bien ce que vous voulez avec cette femme. Si c’est un coup d’un soir, il risque d’y avoir du grabuge. Vous avez lutté pour l’avoir. Elle a fait un sacrifice pour vous en échange. Bref ça risque de tourner au vinaigre lorsqu’elle apprendra vos intentions véritables. Sans parler de votre ex-rival qui se fera un devoir de venir vous casser la gueule, tel le bon AFC vengeur qu’il est (situation vécue).

Soyons plus raisonnables. Vous envisagez une relation sérieuse avec elle ? Voilà qui est sage. Après tout, qui voudrait s’emmerder autant pour un coup d’un soir ?

Mais à ce stade, attention. Votre situation est fragile, et il ne tient à pas grand chose de passer de séducteursûr de lui et vainqueur à « gros blaireau ». Tout d’abord, pensez à évincer définitivement votre ancien adversaire. Désormais c’est vous le chef, aucune raison qu’un AFC en puissance vienne tourner autours de votre copine. Faites le ménage. Si possible avec elle, ce qui ruinera définitivement tous les espoirs du pauvre garçon.

D’autre part, on est en droit de se poser légitimement la question de l’intégrité d’une femme qui s’est laisser ouvertement draguer par deux mecs en même temps pendant un moment. Là c’est un autre problème. Le sujet à longtemps été débattu sur le forum et je ne pense pas que quelqu’un ai trouvé une solution toute faite.

Quelques pistes néanmoins. Plus qu’avec n’importe quelle autre relation

  • Il va falloir travailler constamment à la bonne tenue de votre relation. Faire des concessions, mais rester maître de la situation. Il va falloir se méfier des autres prétendants. Une femme qui a hésité une fois peut être infidèle sans préavis.
  • Il va falloir se démarquer du lot. Lui démontrer qu’elle a eu raison de vous choisir.

Le reste, c’est du bon sens, et surtout ça vous regarde. Là encore chacun sa méthode une fois seul avec elle…
En vous souhaitant bonne séduction, et une longue et belle histoire d’amour avec la nana en question…

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.